Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Velasco Stéphane

Velasco Stéphane

Les travaux encadrés par "Velasco Stéphane"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
3 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 3
Tri :   Date travaux par page
  • Impact of morphological factors in the recanalization of anterior communicating artery aneurysms treated by endovascular approach    - Sztark Guillaume  -  29 septembre 2015  - Thèse d'exercice


  • Evaluation de la pertinence de l’IRM de diffusion corps entier (DWIBS) par rapport à la TEP-TDM au 18FDG, dans le suivi per et post thérapeutique des lymphomes    - Duboé Pier-Olivier  -  18 octobre 2012  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectifs : Evaluer la pertinence de l'imagerie de diffusion corps entier (IRM DWIBS) par rapport à la tomographie par émission de positons au 18fluoro-désoxy-glucose couplée à la tomodensitométrie (TEP-TDM au 18FDG), dans l'évaluation de la réponse thérapeutique en cours et en fin de traitement par chimiothérapie, chez les patients atteints de lymphomes malins hodgkiniens (LH) et non-hodgkiniens (LMNH) agressifs.

    Matériels et méthodes : Quarante patients atteints de LH ou de LMNH agressifs ont été inclus prospectivement par le service d'hématologie du CHU de Poitiers entre 2007 et 2012. Une TEP-TDM au 18FDG et une IRM DWIBS étaient réalisées lors du bilan initial pré-thérapeutique, lors de l'évaluation précoce après les premières cures de chimiothérapie, et en fin de traitement à la recherche de reliquat tumoral. La concordance de l'IRM DWIBS avec l'imagerie de référence TEP-TDM était évaluée à chaque étape du suivi sous traitement, en termes de territoires ganglionnaires et extra-ganglionnaires, puis en termes de réponse thérapeutique, selon la classification de Cheson. Des mesures quantitatives d'ADC (« apparent diffusion coefficient ») étaient effectuées sur l'IRM à titre indicatif.

    Résultats : Vingt-six patients atteints de LH (n=6) ou de LMNH agressifs (n=20) ont finalement été retenus pour notre étude. En per-thérapeutique, sur 520 sites analysés, il existait une bonne concordance (κ=0,80 ; 0,63-0,93) entre les deux techniques. Elle était en particulier excellente pour les territoires ganglionnaires (κ=0,82 ; 0,65-0,96). Il existait lors de cette évaluation précoce, une différence significative (p<0,0001) entre les valeurs moyennes d'ADC des territoires positifs (0,84 x 10-3 mm2/s) et négatifs (1,81 x 10-3 mm2/s) en IRM DWIBS. En post-thérapeutique, la concordance était totale (κ=1) sur tous les territoires ganglionnaires et extra-ganglionnaires analysés. Il existait 3 discordances sur 26 cas (11,5%) en termes de réponse thérapeutique lors de l'évaluation précoce (κ=0,78 ; 0,51-1), mais la concordance était totale en post-thérapeutique (κ=1). L'IRM DWIBS a de plus permis de détecter l'apparition de nouvelles localisations en fin de traitement dans 2/2 cas (100%).

    Conclusion : L'IRM DWIBS permet une excellente évaluation de la réponse en fin de traitement des lymphomes hodgkiniens et non-hodgkiniens de haut grade. Comme c'est le cas pour la TEP-TDM, son interprétation en per-thérapeutique peut s'avérer plus délicate. Une bonne connaissance de ses limites et l'utilisation de méthodes quantitatives par mesure d'ADC pourraient permettre d'améliorer ses performances.

  • Performance de la TDM de perfusion et de l'angioTDM cérébrales à J+6 d'une hémorragie sous arachnoïdienne par rupture d'anévrisme intracrânien chez les patients comateux ou sédatés pour dépister le risque d'ischémie cérébrale retardée    - Rocher Thomas  -  12 octobre 2012  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte et objectifs : La TDM P a récemment permis de prédire le risque d'ICR avec de bonnes performances diagnostiques. Nous proposons d'évaluer ses performances et sa reproductibilité en la couplant à l'A TDM de façon standardisée à J6 d'une HSA sur rupture d'AIC pour dépister chez les patients comateux ou sédatés le risque d'ICR.

    Méthodes : Nous avons inclus prospectivement des patients victimes d'une HSA sur rupture d'AIC dans le coma ou sédatés. Ces patients ont bénéficié à J6 d'une TDM SI, d'une TDM P et d'une A TDM. Un contrôle par imagerie (IRM ou à défaut TDM cérébrale entre 1 et 3 mois) a été réalisée pour tous les patients pour distinguer les patients avec et sans ICR. Deux neuroradiologues séniors et un radiologue junior ont analysé qualitativement chaque carte (MTT, TTP, CBF et CBV) de la TDM P et ont recherché un vasospasme sur l ‘A TDM. Une analyse quantitative des quatre paramètres de la TDM P a été réalisée par ROI systématisées selon chaque territoire vasculaire (ACA, ACM, ACP, JA et JP) et comparées entre les deux groupes (ICR et non ICR). Enfin, un seuil diagnostique d'allongement maximal du MTT et du TTP (en secondes) et de réduction maximale (en pourcentage) de CBF et de CBV a été déterminé, à partir de courbes ROC.

    Résultats : 38 patients ont été inclus. 4 patients ont été exclus. 21 (62 %) patients avec ICR et 13 (38 %) patients sans ICR. Sensibilité de 95% et spécificité de 100% pour prédire le risque d'ICR par analyse visuelle des cartes de MTT et du TTP. La reproductibilité inter observateur est de k = 0,94 entre lecteurs séniors et k = 0,647 entre lecteurs sénior-junior. En analyse quantitative le paramètre MTT est le plus statistiquement significatif notamment dans les territoires JA (p<0,0051) et JP (p<0,0006). Le paramètre MTT bénéficie d'un seuil optimal à 1,2 secondes pour prédire le risque d'ICR avec une sensibilité de 100 % et une spécificité de 92, 3 %.

    Discussion et conclusion : la carte de MTT de la TDM P réalisée à J6 de l'HSA sur rupture d'AIC permet de dépister précocement et de manière reproductible les patients à risque d'ICR en prenant soin d'analyser tout particulièrement les territoires jonctionnels. En cas de doute, un allongement du MTT de 1,2 secondes dans un territoire vasculaire peut permettre de confirmer un risque d'ICR.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales