Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Loupec Thibault

Loupec Thibault

Les travaux encadrés par "Loupec Thibault"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
4 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 4
Tri :   Date travaux par page
  • Impact de l’hydratation orale libérale pendant le travail obstétrical sur la satisfaction des parturientes à bas risque    - Nadal Justine  -  10 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les pratiques autour de l’hydratation orale pendant le travail obstétrical varient beaucoup malgré les recommandations encourageant les professionnels à laisser boire et manger les parturientes à bas risque à leur convenance. Cependant, la satisfaction des parturientes liée à l'hydratation orale n’a pas été évaluée. Cette étude avait donc pour but d’analyser l’impact de l’hydratation orale libérale pendant le travail sur la satisfaction des parturientes à bas risque et sur les complications obstétricales.

    Matériels et méthodes : Quarante parturientes ont été incluses dans cette étude prospective monocentrique menée au CHU de Poitiers. A leur arrivée pour l'accouchement, elles étaient randomisées en deux groupes : le groupe restrictif, limité à 150 ml d’eau par heure et le groupe libéral où elles pouvaient boire autant qu’elles le souhaitaient. Chaque prise orale était notée et la satisfaction des parturientes était évaluée par une Echelle Visuelle Analogique (EVA) grâce à un questionnaire remis en suites de couches. Une analyse des dossiers obstétricaux a également été effectuée pour étudier les complications obstétricales.

    Résultats : La satisfaction liée à l’hydratation orale était plus importante dans le groupe libéral avec une EVA de 83 ± 20 contre 68 ± 24 dans le groupe restrictif (p=0,02). La durée des efforts expulsifs était plus courte dans le groupe libéral avec 9 ± 6 minutes contre 17 ± 10 minutes dans le groupe restrictif (p=0,005). Enfin, les groupes étaient comparables en matière de taux de pathologies du travail, d’anomalies du rythme cardiaque foetal, d'extraction instrumentale, de lactatémie et de pH artériel au cordon et de réanimation néonatale.

    Conclusion : L’hydratation orale libérale pendant le travail obstétrical améliore la satisfaction des parturientes à bas risque sans augmenter les complications obstétricales. C’est probablement l’absence de restriction plus que la quantité d’eau ingérée qui est responsable de ce confort supplémentaire. Il parait donc indispensable de laisser boire les parturientes à bas risque à leur convenance.

  • Évaluation du rôle de l'accompagnant pour une chirurgie orthopédique en ambulatoire sous anesthésie loco-régionale périphérique exclusive au CHU de Poitiers    - Louchez Matthieu  -  23 avril 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : En ambulatoire, la nécessité de l'accompagnement une fois au domicile dépend de la perte d'autonomie des patients en période post-opératoire et doit être évaluée en fonction de chaque couple acte-patient. L'anesthésie loco-régionale (ALR) périphérique exclusive améliore la réhabilitation et diminue les complications post-opératoires des patients opérés en chirurgie ambulatoire orthopédique. L'objectif de cette étude est de déterminer le rôle de l'accompagnant auprès des patients opérés dans ces conditions au CHU de Poitiers.

    Matériels et méthodes : Une enquête téléphonique auprès des patients de chirurgie ambulatoire orthopédique opérés sous ALR a été conduite à J1 de l'intervention. Le nombre de dépendances dans les différents domaines d'activités de la vie quotidienne, l'observance des patients et les complications post-opératoires ont été relevés.

    Résultats : Pour les 200 patients inclus, le nombre moyen de domaines de dépendances était de 2,32 ± 1,70 sur les douze domaines explorés. Les capacités de repérage spatio-temporel, de prise médicamenteuse, d'usage du téléphone, de déplacement dans le domicile et de transfert, étaient préservées chez 77% des patients. Parmi ces domaines, seuls 2,5% des patients jugeaient l'aide de l'accompagnant absolument nécessaire. Les femmes, les patients opérés d'une neurolyse ou du poignet semblaient moins autonomes en post-opératoire. Aucune complication grave n'a été recensée. L'accompagnement était discontinu au lieu de résidence post-opératoire dans 17,1% des cas.

    Conclusion: L'accompagnant apporte peu d'aide au patient opéré en chirurgie ambulatoire orthopédique sous ALR périphérique exclusive. La présence de l'accompagnant au lieu de résidence post-opératoire n'est pas indispensable pour tous les patients.

  • Évaluation de l'efficacité du sugammadex rapporté au poids idéal chez des patients obèses morbides pour réverser un bloc neuromusculaire profond induit par du rocuronium    - Jacques-Rousseau Natacha  -  12 juin 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction: La chirurgie bariatrique nécessite une curarisation profonde jusqu'à la fermeture pariétale chez des patients qu'il convient d'extuber dans des conditions optimales. Le couple rocuronium – sugammadex trouve ici une excellente indication. Quelques publications se sont intéressées à l'adaptation des posologies de sugammadex chez les patients obèses morbides (IMC ≥ 40 kg/m2). En fixant des délais très courts inférieurs à 3 minutes pour juger du succès, les doses de sugammadex basées sur le poids idéal seraient insuffisantes pour réverser un bloc neuromusculaire profond mais ces délais choisis ne correspondent pas à la pratique clinique. L'objectif de cette étude était de déterminer si des doses de sugammadex basées sur le poids idéal permettaient de réverser en moins de 10 minutes un bloc profond induit par du rocuronium.

    Matériel et méthodes : Cette étude monocentrique prospective randomisée, en double aveugle a été conduite au CHU de Poitiers avec l'accord du Comité de Protection des Personnes et le recueil du consentement éclairé de patients ayant un BMI ≥ 40 kg/m2. La curarisation était monitorée par accélérométrie à l'adducteur du pouce à l'aide du TOFWatch ®SX. Une induction en séquence rapide était réalisée avec du rémifentanil, du propofol ou du thiopental, et du rocuronium qui était administré après calibration du TOF-Watch®. L'anesthésie était entretenue par desflurane, rémifentanil et rocuronium. A la fin de l'intervention chirurgicale, alors que le bloc neuromusculaire était profond (aucune réponse au Train de Quatre et un compte post-tétanique entre 1 et 5), les patients étaient randomisés en trois groupes pour recevoir une dose de sugammadex de 1 mg/kg, 2 mg/kg ou 4 mg/kg de poids idéal. Le critère de jugement principal était le taux de succès de décurarisation défini par un TOF ≥ 90% en moins de 10 minutes après l'administration du sugammadex. En cas d'échec de décurarisation ou en cas de recurarisation (TOF < 80% sur 3 mesures consécutives après décurarisation), une 2ème dose de sugammadex, basée sur le poids réel cette fois, était administrée: 4 mg/kg pour un bloc profond ou 2 mg/kg pour un bloc modéré. Dans tous les cas, le monitorage était poursuivi 15 minutes après la décurarisation

    Résultats : 50 patients ont été analysés, 18 dans le groupe 1 mg/kg, 17 dans le groupe 2 mg/kg et 15 dans le groupe 4 mg/kg. Les taux de succès à 10 minutes étaient respectivement de 22%, 77% et 93%dans les groupes 1 mg/kg, 2 mg/kg et 4 mg/kg (vs Groupe 1, p< 0,05), sans différence significative entre les groupes 2 mg/kg et 4 mg/kg. La dose médiane de 4 mg/kg de poids idéal correspondait à une dose de 1,9 (1,8 – 2,0) mg/kg de poids réel. La variabilité interindividuelle de la vitesse de récupération du TOF était plus faible dans le groupe 4 mg/kg. Un cas de recurarisation a été rapporté au cours de l'étude (groupe 2 mg/kg). Une seconde dose de sugammadex a été administrée à 14 patients du groupe 1 mg/kg, 4 patient du groupe 2 mg/kg et un seul du groupe 4 mg/kg (p < 0,05); les délais médians de réversion étaient alors inférieurs à 105 secondes sans différence significative entre les groupes.

    Discussion : Chez les patients obèses morbides, une posologie de 4 mg/kg de poids idéal de sugammadex permet la réversion d'un bloc neuromusculaire profond induit par du rocuronium dans un délai cliniquement acceptable inférieur à 10 minutes. Le monitorage reste néanmoins indispensable afin de détecter toute décurarisation partielle ou recurarisation.

  • Jeûne postopératoire après une anesthésie générale : état des lieux des pratiques des anesthésistes-réanimateurs français    - Vigneau Fabien  -  12 juin 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction: Le jeûne postopératoire serait source d’inconfort pour le patient mais diminuerait le risque d’inhalation ou de vomissements précoces. Les objectifs de cette étude étaient d’évaluer les durées de jeûne postopératoire imposées par les anesthésistes français chez l’adulte et l’enfant après une anesthésie générale, et de comparer ces durées selon le secteur d'exercice.

    Matériel et méthodes : Un questionnaire a été envoyé aux anesthésistes inscrits sur la mailing-list de la SFAR. Celui-ci comportait des questions relatives à la durée du jeûne postopératoire selon le mode de contrôle des voies aériennes, chez des patients adultes et enfants ASA 1 à 3, candidats à une chirurgie programmée, en dehors de toute complication chirurgicale et de difficulté d’intubation. La chirurgie viscérale avec sutures digestives, la chirurgie ORL et cervicale n’étaient pas concernées.

    Résultats et Discussion : 754 réponses ont été recueillies, provenant de 689 (91 ,4%) médecins seniors et de 65 internes (8,62%). 491 (65,1%) exerçaient dans le secteur publique et 236 (31,3%) dans le secteur privé. La reprise des boissons et de l'alimentation était plus précoce chez les enfants que les adultes (p<0,001). La reprise des boissons était plus précoce que celle de l'alimentation et les patients ayant bénéficié d'un masque laryngé buvaient ou mangeaient plus tôt que ceux intubés (p<0,001). Le jeûne postopératoire aux solides et aux liquides est plus court dans le secteur privé que dans le secteur public quelque soit le mode de gestion des voies aériennes à H+2 et H+4. Près de 80 % des répondeurs ignorent l'existence de recommandations sur le jeûne postopératoire. Le jeûne postopératoire est une pratique qui fait l'objet d'un protocole chez 13 % des répondeurs.

    Conclusion : Les durées de jeûne postopératoire imposées après une anesthésie générale dépendent de l’âge et du mode gestion des voies aériennes. Le protocole en vigueur au CHU de Poitiers apparaît plus strict que les pratiques nationales.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales