Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Gosse Philippe

Gosse Philippe

Les travaux encadrés par "Gosse Philippe"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 2
Tri :   Date travaux par page
  • Opinion des médecins généralistes sur les programmes d'éducation thérapeutique hospitaliers : l'exemple du programme I‐CARE du CHU de Bordeaux    - Modrin Florian  -  17 novembre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : L'Education Thérapeutique du Patient (ETP) est efficace médicalement et financièrement dans l'insuffisance cardiaque. Le Programme I‐CARE est un programme national d'éducation de l'insuffisant cardiaque regroupant plus de 300 centres dont le service de cardiologie de l'hôpital Saint André du CHU de Bordeaux.

    Objectifs : Evaluer ce programme et son impact auprès des médecins traitants pour proposer des voies d'amélioration. Explorer leur vision de la coordination de l'ETP entre professionnels de santé dans l'ETP.

    Méthode : Etude qualitative par entretiens semi‐dirigés de 18 médecins traitants de patients ayant bénéficié du programme I‐CARE.

    Résultat : Les médecins étaient satisfaits du programme. Ils ont noté des effets patients positifs mais de courte durée. Le programme avait peu d'impact sur leur pratique et ils le connaissaient mal. Le retour des patients était faible. Les médecins pensaient avoir un rôle important dans l'ETP mais son concept était mal connu. Ils ont confiance dans l'hôpital qu'ils considèrent comme un lieu bien adapté à la réalisation de l'ETP mais les manques de communication et de coordination sont mis en avant.

    Discussion : Ces résultats ont permis la réalisation d'une plaquette de présentation du programme à destination des médecins généralistes répondant à leur demande d'information et d'accessibilité du programme. Un modèle standard de courrier, contenant les informations essentielles et des conseils pratiques pour les consultations de suivi, a été mis en place. Le rôle primordial du patient dans la communication et le suivi a été mis en avant dans le programme. Nous espérons ainsi majorer l'impact positif du programme sur les patients et sur les pratiques des médecins généralistes.

  • L'électrocardiogramme en médecine générale : enquête de pratiques auprès de 50 médecins généralistes girondins    - Bourjac Gilles  -  13 novembre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de mortalité dans le monde, et la deuxième en France. Les médecins généralistes effectuent plusieurs milliers de consultations par an, dont environ 30% ont un rapport direct avec le dépistage, la prévention, ou la prise en charge de ce type de pathologies, dans lesquelles l'électrocardiogramme peut jouer un rôle important. Cet examen ne concerne pourtant que 0,5% des consultations.

    Nous avons réalisé une relecture de différentes thèses sur le sujet, dont il découle que seule la moitié des médecins généralistes sont équipés d'appareils électrocardiographiques, essentiellement utilisés en situation d'urgence. L'un des principaux arguments mis en avant pour justifier la non acquisition est un sentiment de performance insatisfaisante en matière d'interprétation.

    Nous avons évalué, sur un échantillon de 50 médecins généralistes, les ressentis des praticiens vis à vis de leurs capacités en la matière, et leurs performances effectives à partir de 10 tracés, sans trouver de corrélation. Nous avons également comparé les résultats à ceux d'une thèse similaire datant de 2006 portant sur 47 étudiants en fin de formation, sans trouver de différence significative entre les deux groupes, ce qui amène à penser que la base des acquis reste ancrée un grand nombre d'années. Ce constat viendrait appuyer le choix des médecins souhaitant faire l'acquisition d'un appareil, enrichissant ainsi leur pratique. La peur de ne pas être performant ne doit pas être vécue comme un frein à l'équipement. Par ailleurs, en étudiant les résultats pour chaque tracé, des différences significatives sont apparues, laissant suggérer que les notions théoriques relatives à la lecture de l'espace PR et du complexe QRS sont les plus fragiles.

    La troisième partie propose une réflexion quant aux autres arguments mis en avant par les médecins généralistes pour justifier la non acquisition de cet appareil, et étudie différentes pratiques, dont certaines technologies en cours de développement qui permettront probablement de relancer l'attrait de cet examen auprès des nouvelles générations.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales