Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Giraud Christine

Giraud Christine

Les travaux encadrés par "Giraud Christine"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
3 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 3
Tri :   Date travaux par page
  • Don d'organes, don de moelle osseuse, don de spermatozoïdes, don d'ovocytes : qu'en connaissent les étudiants des études médicales et paramédicales de Poitiers?    - Joubert Cecile  -  26 avril 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Actuellement en France, environ 20 000 personnes sont en attente d'une greffe d'organes, 3 000 couples infertiles d'un don de gamètes et 2 400 malades sont en attente d'un don de moelle osseuse.

    Après un rappel sur chaque type de dons en France, une enquête a été menée auprès des étudiants inscrits dans les filières de santé de Poitiers, afin de leurs apporter des connaissances, de déterminer leur niveau de savoir sur chacun de ces dons : organes, moelle osseuse, spermatozoïdes, ovocytes et de comprendre ce qui les inciterait à devenir donneurs.

    Ces étudiants sont la population cible des campagnes de promotion car en effet, ce sont les jeunes de plus de 18 ans les meilleurs donneurs et plus particulièrement les hommes.

    Cette enquête a permis d'éclaircir les points sur lesquels il faudrait axer les campagnes afin d'élaborer de nouveaux projets pour permettre l'inscription de nouveaux donneurs.

  • Impact du don de cellules souches hématopoïétiques chez le donneur : Voies d’amélioration du suivi du donneur et de la promotion du don    - Chesnel Catherine  -  11 décembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le don de cellules souches hématopoïétiques (CSH) est indispensable pour permettre la guérison de milliers de patients atteints de certaines pathologies telles que les leucémies. Deux types de donneurs existent : le donneur familial et le donneur volontaire ou non apparenté. Actuellement, 240 000 donneurs volontaires sont inscrits en France et un peu plus de 25 millions dans le monde.

    L’objectif de cette thèse est de se placer du côté du donneur et d’évaluer l’impact du don de CSH, d’un point de vue somatique mais également psychologique. Puis, de proposer des voies d’amélioration du suivi du donneur et de la promotion du don.

    Nous nous sommes principalement intéressés aux effets au long terme du G-CSF, facteur de croissance utilisé pour mobiliser les cellules souches dans le sang périphérique, ainsi qu’à l’utilisation des biosimilaires chez le donneur.

    Dans un premier temps, une revue de la littérature nous a permis de constater que l’impact du don restait faible par rapport au bénéfice apporté. Puis, nous avons proposé des axes d’amélioration du suivi du donneur familial par le CHU de Poitiers, notamment au niveau de la traçabilité. De même, des suggestions ont été émises concernant le suivi psychologique du donneur.

    Enfin, nous avons mené une enquête auprès des étudiants de la faculté de médecine et de pharmacie de Poitiers suite à la campagne de sensibilisation au don de moelle osseuse. Ainsi, différents points sur lesquels insister pour la promotion du don ont été mis en évidence. Notamment, l’appréhension du prélèvement et/ou des effets secondaires reste la principale préoccupation.

  • La drépanocytose en Poitou-Charentes : prévalence, connaissance de la maladie au niveau des pharmacies de la région et élaboration d’un référentiel de prise en charge des complications au CHU de Poitiers.    - Maarek Emmanuel  -  18 juin 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    En 2013, la drépanocytose était la plus fréquente des cinq maladies repérées, en France, dans le cadre du dépistage néonatal, devant l’hypothyroïdie congénitale, la mucoviscidose, la phénylcétonurie et l’hyperplasie congénitale des surrénales.

    Il s’agit d’une maladie du sang liée à une mutation génétique à l’origine de la production d’une hémoglobine (Hb) de structure anormale, l’hémoglobine S (HbS). Pour provoquer la maladie, cette mutation doit être transmise par le père et la mère : c’est une maladie génétique héréditaire. La douleur, une des plus intenses qui puisse être décrite, est le symptôme majeur de la maladie. La drépanocytose touche en grande partie la population noire mais elle existe également au Maghreb, dans les pays méditerranéens, en Inde et à travers le monde du fait des migrations.

    Notre étude s’est déroulée en Poitou-Charentes. A partir des données d’assurance maladies, des admissions aux urgences du CHU de Poitiers et des officines de Poitiers et La Rochelle notre travail révèle que :

    - La maladie est peu présente dans la région (1cas /10 000 habitants en 2014)

    - La prise en charge des complications étant peu fréquente, il semble nécessaire d’établir un référentiel. C’est ce que nous avons réalisé, à travers ce travail, au CHU de Poitiers.

    - La maladie est très peu connue des professionnels des officines du Poitou-Charentes qui souhaite être informés sur la maladie. Ces derniers points supposent de mettre en place des supports adaptés :

    - Protocoles de prise en charge mis à la disposition des médecins dans les établissements de santé, à l’instar de ce que nous avons réalisé au CHU de Poitiers.

    - Plaquette d’information, que nous proposons à la fin de ce travail et qui pourrait être accessible sur Internet pour les pharmacies, sur le site du Conseil de l’Ordre des Pharmaciens, du Conseil de l’Ordre des Médecins et sur celui des Répartiteurs.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales