Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Frasca Denis

Frasca Denis

Les travaux encadrés par "Frasca Denis"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
3 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 3
Tri :   Date travaux par page
  • Cathéter veineux sous-clavier sous guidage échographique par les anesthésistes-réanimateurs : une évaluation des pratiques en France en 2019 (Enquête SFAR)    - Martinat Laure  -  24 janvier 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La pose d'un cathéter veineux est fréquente en anesthésie-réanimation et l'abord veineux sous-clavier est un site de choix afin de diminuer le risque d'infection de cathéter et de thrombose de cathéter. Cependant, les complications mécaniques sont plus fréquentes et comprennent la ponction artérielle, le pneumothorax et l'hémothorax. Les recommandations formalisées d'experts (RFE) de la Société Française d'Anesthésie-Réanimation (SFAR) 2015 préconisent la ponction échoguidée lors de la mise en place d'un cathéter veineux sous-clavier. Cela a démontré une augmentation du taux de réussite et une diminution du nombre de complications (pneumothorax, hémothorax et ponction artérielle). L'objectif de cette enquête était d'évaluer les pratiques d'utilisation de l'échographie pour la pose des cathéters veineux sous-claviers au bloc opératoire et en réanimation.

    Matériel et méthodes : Cette étude prospective anonyme de type enquête de pratiques a été réalisée par questionnaire électronique de juin à octobre 2019. Le questionnaire a été envoyé par email aux adhérents de la SFAR (n=4372). Il comportait 22 questions s'intéressant à l'expérience et au type d'exercice des praticiens, la fréquence de pose des cathéters veineux sous-claviers, l'accès et la formation à l'échographie ainsi que ses conditions d'utilisation. L'analyse des résultats a été descriptive, uni- et multivariée.

    Résultats : 929 questionnaires ont été complétés soit un taux de réponse de 21,3%. 51.7% des participants travaillaient en CHU et 43,4% des praticiens interrogés exerçaient l'anesthésie-réanimation depuis mois de 10 ans. 70,9% des participants avaient une activité principalement en anesthésie et 52,3% des praticiens interrogés posaient plus d'un cathéter veineux sous-clavier par mois. Les RFE étaient connus par 71,6% des participants. 71,7% des participants déclaraient avoir suivi une formation à l'échographie et 97,6% des praticiens déclaraient avoir accès facilement à un échographe. Cependant 26,9% des participants utilisaient préférentiellement la technique du repérage anatomique lors de la pose d'un cathéter veineux sous-clavier et 41,4% d'entre eux utilisaient systématiquement l'échographie. Les principaux freins à l'utilisation de l'échographie étaient l'indisponibilité du matériel et l'absence de nécessité pour la pose. 65,0% des répondeurs se déclaraient convaincus de l'intérêt de l'échographie pour la pose d'un cathéter veineux sous-clavier. Après analyse multivariée, les facteurs prédisposant à l'utilisation de l'échographie étaient la formation à l'échographie et la connaissance des RFE de la SFAR.

    Conclusion : Cette enquête de pratique révèle que les RFE sur la pose des cathéters veineux sous-claviers sont méconnues par plus d'un quart des participants alors même qu'ils sont adhérents à la SFAR. Malgré l'essor de l'échographie, 26,9% des praticiens interrogés préfèrent utiliser la technique du repérage anatomique lors de la mise en place d'un cathéter veineux sous-clavier alors même que plus d'un quart d'entre eux n'ont pas reçu de formation à l'échographie.

  • Évaluation de l'efficacité de l'analgésie cutanée procurée par l'application de crème de lidocaïne et prilocaïne 5% sur le site de ponction des blocs axillaires    - Petua Philippe  -  29 novembre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Notre étude prospective, monocentrique, contrôlée, randomisée en double aveugle contre placebo à évaluée l'efficacité de l'application de crème lidocaïne-prilocaïne sur les sites de ponction lors de la réalisation des blocs axillaires.

    Quatre-vingt-quatre patients bénéficiant d'un bloc axillaire pour une chirurgie du membre supérieur ont été inclus prospectivement. Les patients sont randomisés en 2 groupes. Le groupe EMLA : application de 10g de crème EMLA sur le site de ponction du bloc axillaire. Le groupe placebo : application de 10g de crème placebo sur le site de ponction du bloc axillaire. La douleur lors de la ponction cutanée ainsi que la douleur lors de l'injection sont évaluées par l'EVA.

    Résultats : La douleur au site de ponction évaluée par l'EVA est moins forte dans le groupe crème lidocaïne-prilocaïne par rapport au groupe placebo (14,8 ± 12,9 mm VS 27 ± 17,2 mm ; p = 0.007). La douleur à l'injection de l'anesthésique local évalué par l'EVA n'est pas différente entre le groupe crème lidocaïne-prilocaïne et placebo (26,7 mm ± 19,7 VS 28,5 ± 16,5 mm ; p = 0,36).

    Conclusion : La crème lidocaïne-prilocaïne diminue la douleur ressentie lors de la ponction de la peau, et n'accroit pas la douleur lors de l'injection de l'anesthésique local. Cette stratégie s'intègre parfaitement dans la prise en charge de la douleur au bloc opératoire.

  • Précision de la mesure continue et non invasive de l'hémoglobine par CO-oxymétrie pulsée chez le patient de réanimation    - Catherine Karen  -  08 mars 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La surveillance des valeurs de l'hémoglobine dans le sang est une mesure indispensable en réanimation, l'anémie étant fréquente et grevée d'une morbimortalité élevée. La CO-oxymétrie pulsée présente l'intérêt de mesurer l'Hb (SpHb) de façon non invasive et continue. Le but de cette étude était d'évaluer la précision de SpHb par rapport à la méthode de référence au laboratoire chez des patients de réanimation, et de la comparer à celle de l'HemoCue® Hb201+ (prélèvement capillaire) et de la CO-oxymétrie déportée (Siemens®RapidPoint 405) (prélèvement artériel).

    Matériels et méthodes : Après accord du CPP ouest III, les patients majeurs ayant un cathéter de pression artérielle sanglante ont été inclus et équipés d'un capteur Rainbow ReSposable (R2- 25, revision E) relié à un dispositif de monitorage de CO-oxymétrie pulsée (Radical 7 Monitor, Masimo® ; version logicielle : 7.6.0.1). Les valeurs recueillies de l'Hb simultanément par les trois méthodes déportées ont été comparées à la méthode de référence selon la méthode de Bland et Altman ajustée. L'interprétation clinique des données a été réalisée grâce à la grille d'erreur de Morey analysant le risque d'erreur transfusionnelle. 95% des points devraient se trouver dans la zone A, zone ou les écarts sont considérés comme cliniquement acceptables. La capacité d'une technique déportée à détecter l'ampleur et le sens des variations de l'Hb dans le temps a été évaluée par la méthode de Critchley, grâce a des diagrammes polaires mettant en évidence l'intensité de l'erreur d'évaluation sous la forme d'un angle. Plus cet angle est proche de 0, plus la méthode est précise. S'il est négatif la méthode sous-estime la variation et s'il est positif, elle la surestime.

    Résultats : 471 mesures ont été réalisées chez 62 patients dont un tiers chez des patients sous noradrénaline. Les valeurs d'Hb étaient comprises entre 6,6 et 14,9 g/dl. Par rapport à la méthode de référence, le biais et les limites de concordances étaient de 0,0±1,0g/dL pour SpHb, de 0,3±1,3g/dL pour l'HemoCue® et de 0,9±0,6g/dL pour le CO-oxymètre déporté. L'administration de noradrénaline n'avait pas influencé ces valeurs avec la CO-oxymétrie pulsée (-0,1±1,4 g/dL). Plus de 90 % des couples de valeurs se trouvaient dans la zone A de Morey pour chacune des 3 méthodes déportées, aucune n'atteignant cependant le seuil des 95 %. 80 couples de valeurs ont permis de déterminer un biais angulaire de -14,4° (± 38,8) pour SpHb, de -17,4° (± 58,2) pour Hemocue® et de -12,6° (±44,0) pour la Co-Oxymétrie déportée.

    Conclusion : Chez le patient de réanimation, la précision de SpHb et sa capacité à prédire les variations d'Hb dans le temps sont supérieures à celles de l'HemoCue® et comparable à celles du CO-oxymètre déporté. Son caractère continu et non invasif devrait faciliter la surveillance de l'Hb au lit du malade. Néanmoins, d'autres études doivent évaluer la précision de ce système de monitorage en cas de choc hémorragique du patient de réanimation.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales