Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Druet-Cabanac Michel

Druet-Cabanac Michel

Les travaux encadrés par "Druet-Cabanac Michel"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
3 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 3
Tri :   Date travaux par page
  • Téléconsultation en santé au travail : Intérêts et ressentis des médecins du travail des 3 services interentreprises de Vienne et de Charente    - Boncoeur Hugo  -  08 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La crise sanitaire de 2020 liée au Covid-19 a rendu nécessaire l'utilisation de la téléconsultation dans notre spécialité afin d'assurer la continuité du suivi des salariés. Aucune étude n'a encore interrogé les médecins du travail sur cette nouvelle pratique. L'objectif principal de cette étude était d'évaluer, dans une population de médecin du travail exerçant en services interentreprises, leurs ressentis et leurs perspectives concernant l'utilisation de la téléconsultation dans leur exercice quotidien. Les objectifs secondaires étaient d'évaluer les facteurs ayant pu faire varier leur recours à la téléconsultation et l'influence de leur intérêt sur son utilisation future.

    Matériels et méthodes : Une étude transversale a été menée auprès des médecins du travail dans les 3 services interentreprises de Vienne et de Charente. Le recueil des données a consisté en la passation d'un auto-questionnaire anonyme en ligne permettant d'évaluer leurs recours, leurs ressentis, leurs intérêts et leurs perspectives sur la téléconsultation.

    Résultats : 39 médecins du travail ont répondu sur la période du 30/06/20 au 30/07/20. Dans le contexte, 79,5% des répondants ont eu recours à la téléconsultation et un âge plus jeune était un facteur positif à son utilisation. Pas du tout intéressé à 53,8%, leurs ressentis était négatifs pour 75% d'entre-deux, mettant en avant l'absence d'examen clinique à 84,6%, les problèmes de connexion à 57,9% et le caractère déshumanisant à 56,4%. Les perspectives se tournent vers les visites à la demande à 64,7% et la visite de pré-reprise à 56,3%, dans le secteur tertiaire de type administratif à 83,3% sur un mode de réalisation médecin-salarié à 63,6% ou médecin-salarié assisté par un IDEST à 62,1%. Le bénéfice revenant à l'employeur à 63,2%.

    Conclusion : Ces résultats montrent une réelle défiance à l'emploi de la téléconsultation dans l'exercice quotidien des médecins du travail, la crainte de voir se détériorer la relation médecin-salarié et les limites cliniques inhérentes à la consultation à distance. Une telle pratique ne pourra être imposée mais bien choisie et devra s'inscrire dans une démarche d'amélioration du service rendu par les SSTI encadrée par une doctrine adaptée à cette spécialité.

  • Évaluation du sommeil des agents EDF dans le centre nucléaire de production énergétique de Civaux en 2020    - Muncey Elsa  -  08 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : La relation entre sommeil et travail est étroite, car le premier permet de récupérer de la fatigue engendrée par le second. Un mauvais sommeil altère la vigilance, et les conséquences sur la vie professionnelle et personnelle peuvent être dramatiques. Selon les études, 20 à 40 % des travailleurs se plaignent de leur sommeil, et la prévalence de l'insomnie est plus importante dans cette population que dans la population générale. Qu'en est-il des salariés d'une centrale nucléaire soumis à différentes contraintes organisationnelles ? L'objectif principal était l'évaluation du sommeil chez l'ensemble des salariés, en prenant en compte les facteurs liés au travail, à l'environnement, au mode de vie et à la santé des agents salariés de l'électricité de France (EDF).

    Matériels et Méthode : Une étude épidémiologique observationnelle transversale descriptive et analytique a été menée entre janvier et mars 2020, auprès des agents EDF travaillant dans la centrale de Civaux dans la Vienne. Un auto-questionnaire de 84 questions et sous-questions a été diffusé à l'ensemble des salariés, par le biais de leur adresse mail et d'un logiciel interne, garantissant l'anonymat de réponse. Le questionnaire se composait d'une série de questions abordant le travail, les habitudes de vie, les consommations, le sommeil et la santé des salariés. Il était complété par deux questionnaires validés : l'Index de sévérité de l'insomnie et le score d'Epworth.

    Résultats : Sur les 931 salariés de Civaux sollicités, 534 avaient répondu (57,4 % de participation). Des troubles du sommeil étaient présents chez 30,2 % des agents EDF. 23,8 % étaient somnolents (score d'Epworth > 10), et 17 % s'étaient déjà endormis ou presque sur le trajet domicile-travail. 40 % des salariés étaient en restriction sévère de sommeil. Ils étaient plus de 60 % à considérer que leur travail avait un impact négatif sur la qualité et la quantité de leur sommeil. Cependant, dans l'étude, les rythmes de travail ne semblaient pas avoir d'impact sur la survenue de troubles, et seule une catégorie d'astreinte augmentait les problématiques de sommeil. L'enquête replaçait également le rôle du médecin du travail dans le diagnostic des troubles du sommeil (près de 35 % des diagnostics à Civaux). L'analyse comparative entre le groupe faisant des astreintes et le reste de la population n'avait pas mis en évidence d'éléments pouvant laisser croire à l'impact négatif des astreintes sur cette population, mais le groupe comparatif comportait des horaires atypiques également.

    Conclusion : Ces résultats concordant avec d'autres études menées en milieu de travail, posaient la question des troubles du sommeil chez les salariés soumis ou non aux horaires atypiques et confrontés à des responsabilités importantes liées à la sûreté et à la sécurité. Enrichir les compétences des services de santé au travail, afin qu'ils puissent améliorer la prévention, et dépister de manière adaptée les troubles du sommeil, deviendra probablement indispensable dans un futur proche.

  • Évaluation de l'exposition au protoxyde d'azote, via l'utilisation du MEOPA, et des risques pour la santé des personnels soignants du centre hospitalier de Rochefort    - Gelez Stephan  -  28 septembre 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'utilisation du MEOPA comme analgésiant s'est développée à l'extérieur du bloc opératoire. Une campagne nationale de prélèvements a révélé des niveaux d'expositions professionnelles des soignants au-dessus des recommandations. L'exposition à ce produit peut être à l'origine d'effets nocifs pour la santé de ces personnels.

    L'objectif de ce travail était d'évaluer les expositions professionnelles des personnels soignants du centre hospitalier de Rochefort utilisant le MEOPA (étude des pratiques, des locaux et des matériels utilisés) ainsi que les effets sur la santé (aigus ou chroniques) des personnels liés à cette utilisation.

    Ce travail s'est déroulé en 3 temps. Des études de poste ont été réalisées dans 4 services utilisant le MEOPA (le service des urgences, le service de pédiatrie, le service de gynécologie-obstétrique et un service du pôle de gérontologie). Une étude épidémiologique observationnelle transversale a été réalisée chez les personnels de ces 4 services à partir d'un questionnaire (caractéristiques socio-professionnelles, fréquence d'utilisation du MEOPA, connaissances des soignants sur les risques du MEOPA et sur les moyens de protection à utiliser, effets sur la santé). Ces informations ont été complétées par une étude métrologique du protoxyde d'azote par la CARSAT dans les 4 services concernés.

    Les mesures de métrologie effectuées par la CARSAT ont montré des valeurs d'exposition professionnelle des soignants nettement supérieures à celles recommandées par la réglementation française. Les études de poste et l'enquête transversale réalisées dans les 4 services utilisant régulièrement du MEOPA ont permis de mettre en évidence des dysfonctionnements structurels et organisationnels à l'origine de ces valeurs élevées.

    Des actions de prévention doivent être engagées à plusieurs niveaux. Concernant l'équipement, un système d'extraction du gaz ou un matériel limitant la diffusion du MEOPA réduirait la surexposition des soignants. Les formations des soignants doivent être complétées par des informations sur les risques pour le personnel et les moyens de protections à utiliser. Le service de santé au travail du centre hospitalier de Rochefort a mis en place une consultation « grossesse ». Il est souhaitable que chaque femme manipulant du MEOPA ayant un projet de grossesse ou ayant débuté une grossesse soit vue le plus rapidement pour éviter ou limiter la manipulation de ce produit durant toute la grossesse.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales