Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Added Myriam

Added Myriam

Les travaux encadrés par "Added Myriam"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 2
Tri :   Date travaux par page
  • Les symptômes de stress post-traumatique secondaires à l'accouchement modifient-ils le lien mère-enfant ?    - Pain-Girard Élise  -  04 octobre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'accouchement engendre des modifications physiques, psychiques, mais aussi familiales. C'est un événement perçu comme positif par la société mais il peut être vécu comme traumatisant. La prévalence du trouble de stress-post traumatique lié à l'accouchement varie de 1 à 2 % (Denis et al.,2009 ; Ayers et al., 2008 ; Manzano et al., 2002). Il peut être responsable d'un moins bon investissement mère-bébé (Davies et al., 2008).

    Dans notre étude observationnelle, prospective, non randomisée, nous avons inclus 22 femmes de plus de 18 ans dans la Vienne. Après avoir recueilli leur consentement, nous avons évalué, au cours du dernier trimestre de grossesse, les dimensions suivantes (T0) : les événements de vie traumatique et l'existence d'un trouble de stress post-traumatique, l'anxiété liée à la grossesse, la dépression du prépartum, la peur de l'accouchement et le lien mère-fœtus. Puis à 4 à 6 semaines en post-partum (T1), un deuxième temps a permis d'évaluer le vécu de l'accouchement et son caractère traumatique, la dépression du post-partum et la relation mère-bébé. Pour chacune des dimensions sus-citées, nous avons utilisé des auto-questionnaires.

    Seulement 2 femmes ont caractérisé leur accouchement de traumatique mais aucune n'a développé un trouble de stress post-traumatique secondaire à l'accouchement. Le nombre d'événements traumatiques vécu au cours de la vie concernait 50 % de la population dont 45 % d'agressions sexuelles et 27 % physiques. Nous avons distingué deux groupes : « traumas vécus » et « absence de trauma ». Dans le groupe « traumas vécus » la relation avec le fœtus était mieux investie (p < 0,05 ; p = 0,019). En outre, un meilleur investissement du fœtus était significativement corrélé à un meilleur investissement de la relation en post partum (p < 0,05 ; p = 0,004 ; R = - 0,582). Aussi, le vécu négatif de l'accouchement était statistiquement corrélé à un lien mère-enfant de moins bonne qualité (p < 0,05 ; p = 0,047 ; R = 0,427). Par ailleurs, plus la peur de l'accouchement était importante, plus le vécu de ce dernier était négatif (p < 0,05 ; p = 0,028 ; R = 0,469). Enfin, le lien mère-bébé était significativement de moins bonne qualité lorsqu'il existait une dépression du post-partum (p < 0,05 ; p = 0,005), et cela s'aggravait avec l'intensité symptomatique (p = 3,3x10-5 ; R = 0,765).

    Certains résultats confirmés par la littérature encouragent la poursuite de cette étude. Le meilleur investissement de la relation dans le groupe « traumas vécus » et la continuité entre l'investissement pré et post-partum invitent à s'intéresser aux facteurs protecteurs de la relation. Dépister l'intensité de peur liée à l'accouchement permettrait de réduire le vécu négatif de ce dernier et ainsi protéger le lien parents-enfant.

  • Interactions mère-bébé et trouble de la personnalité limite, un modèle intégratif de lecture psychopathologique : revue de littérature et étude d'un cas clinique    - Depond Bertrand  -  17 décembre 2012  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les trente dernières années ont permis la réalisation de nombreux travaux cherchant à caractériser l'impact de troubles psychiatriques maternels sur le développement de l'enfant, au premier rang desquels la dépression maternelle. En revanche, peu de travaux existent quant à l'impact des troubles de la personnalité maternelle sur les interactions dyadiques, sur l'enfant et sur le processus de maternalité. Pourtant ces troubles influent sur les habilités sociales - et donc interactives - du sujet, et ceci de manière stable et durable. Dans ce travail, nous avons cherché à étudier quelles conséquences pourraient avoir le trouble de la personnalité limite de la mère sur les interactions mère-bébé et sur chaque partenaire, en nous attachant à décrire ces interactions au niveau comportemental et affectif, puis au niveau imaginaire et fantasmatique. Pour cela, nous avons réalisé une revue de la littérature francophone et anglo-saxone sur les particularités des interactions mère-bébés dans un contexte de trouble de la personnalité limite maternel. Puis nous avons dressé un tableau comparatif des qualités décrites dans la littérature sur les interactions avec une mère présentant une dépression, un trouble limite de la personnalité et une symptomatologie psychotique. Nous étudierons ensuite un cas clinique observé sur l'unité mère- bébé de Poitiers où dépression et trouble de la personnalité de la mère influent sur les interactions. Nous discuterons enfin du caractère transnosographique et intégratif du modèle qui semble se dégager de notre revue de la littérature et des conséquences en terme de prise en charge qui découlent de ce travail.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales