Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Verite Julie

Verite Julie

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Verite Julie"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Rôle des cellules immunitaires dans la physiopathologie de la maladie d'Alzheimer : impact du chimiotactisme au niveau de la barrière hémato-encéphalique    - Verite Julie  -  04 octobre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La maladie d’Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative complexe et multifactorielle, posant à l’heure actuelle un véritable problème de santé publique, dans lequel le pharmacien a tout son rôle dans l’accompagnement des malades. Trois lésions histopathologiques sont retrouvées : les plaques séniles, les dégénérescences neurofibrillaires et la mort neuronale. Elle se caractérise également par une composante inflammatoire centrale et périphérique. Cette inflammation fait l’objet d’un débat sur son effet bénéfique ou délétère dans la MA. Les dernières données soulèvent aussi que le feu inflammatoire central conduirait à la sénescence microgliale. Cette situation de détresse centrale pourrait être prise en charge par les cellules mononuclées du sang périphérique (PBMCs), passant la barrière hématoencéphalique (BHE) pour assurer l’épuration amyloïde. Mais sur le plan moléculaire, tout reste à découvrir pour mieux comprendre le passage de ces cellules PBMCs à travers la BHE

    . J’ai étudié durant un stage en M2R l’expression de 5 chimiokines (CCL2, CCL4, CCL5, CXCL10, et CX3CR1) déjà citées dans la littérature pour leurs rôles dans la physiopathologie de la MA, en incluant des PBMCs issues de patients atteints de la MA dans un modèle in vitro de BHE comprenant la majorité des acteurs cellulaires (astrocytes, neurones, microglie, cellules endothéliales)

    . La première partie de ce travail était de construire un modèle de BHE humain in vitro fonctionnel pour la suite des expérimentations. Nous avons pu montrer que notre modèle de BHE reste étanche puisqu’il prévient le passage d’un composé dextran-F4D. Cependant, il reste d’autres critères à explorer pour valider complètement notre modèle. Nous avons pu aussi démontrer que certaines chimiokines dont CCL2 et CXCL10 augmentent même sans l’exposition du milieu central au peptide amyloïde avec une induction très forte de CXCL10 dans les cellules endothéliales. Au contraire, les taux de CCL4 et CCL5 diminuent dans les PBMCs, là encore sans l’impact du stress amyloïde central, soulignant une régulation négative de l’environnement de la BHE sur les PBMCs

    . Ainsi avec ce modèle intégré, nous démontrons le rôle des PBMCs de patients atteints de la MA sur l’environnement chimiotactique au niveau de la BHE et en retour la régulation des chimiokines par cet environnement sans qu’il y ait atteinte du compartiment central par le stress amyloïde.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales