Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Penin Gaëlle

Penin Gaëlle

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Penin Gaëlle"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Dépistage et prise en charge des patients en crise suicidaire en soins primaires : une étude qualitative auprès de 13 médecins généralistes    - Penin Gaëlle  -  04 avril 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Selon le rapport 2011 de la DREES sur l'état de santé de la population en France, en 2008, 10353 décès par suicide ont été enregistrés en France métropolitaine. Si l'on fait l'hypothèse d'une sous-estimation de 10%, on compterait après correction 11388 décès. Le médecin généraliste est le premier professionnel consulté en cas de problème de santé mentale (troubles anxieux, dépression, troubles bipolaires, schizophrénie…). La crise suicidaire est difficile à identifier, d'autant plus qu'il n'existe pas de critères diagnostiques. À tel point que beaucoup de sujets qui font une tentative de suicide consultent un médecin et parfois un psychiatre dans les jours qui précèdent leur tentative sans que le diagnostic soit porté. Ainsi, des études montrent que 60 % à 70 % des suicidants ont consulté un généraliste dans le mois précédant une TS, 36 % l'ayant fait dans la semaine précédant l'acte. Notre étude s'intéresse aux facteurs influençant le diagnostic et la prise en charge de la crise suicidaire en soins primaires et essaie de trouver des pistes pour améliorer ses deux derniers points. Elle essaie aussi d'envisager des critères diagnostiques de la crise suicidaire.

    Méthode : Etude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de treize médecins de soins primaires de la région Bretagne.

    Résultats : De multiples facteurs influençant le diagnostic et la prise en charge de la crise suicidaire ont été identifiés : ceux liés aux patients, aux acteurs de santé, à la relation médecin-malade, à l'environnement du patient. Les différents entretiens ont permis d'identifier comme principaux freins au diagnostic ou à la prise en charge de la crise suicidaire : les facteurs intrinsèques à la maladie psychiatrique comme le déni, le raptus, le sentiment d'incurabilité, la peur du patient, l'absence de recours aux soins primaires, la non compliance du patient, la fierté du patient, le patient déterminé, l'existence d'un projet de fin de vie, les préjugés ou fausses idées sur le suicide, la mauvaise écoute, la méconnaissance du sujet, le manque d'intérêt pour le sujet, la gestion du temps, la gêne, la fatigabilité et un problème personnel ou une dépression du médecin lui-même, une communication médecin-malade difficile, une non ou mauvaise connaissance du patient, la société, la famille, mais cette dernière a également été identifié comme un facteur facilitateur du diagnostic et de la prise en charge, le psychiatre, avec deux grandes idées qui sont les difficultés d'accès au psychiatre et le manque de communication de la part des psychiatres. En ce qui concerne les critères diagnostiques de la crise suicidaire, plusieurs sont ressortis dans cette étude : tout d'abord la recherche de facteurs de risque de suicide tels que l'existence d'un syndrome dépressif, les conduites addictives, les évènements de vie, et conflits familiaux, les difficultés financières ou les problèmes professionnels, l'accumulation de problèmes,les antécédents personnels ou familiaux de tentatives de suicides ou suicides, et surtout la notion de changement dans la façon d'être, de communiquer, et dans le comportement du patient. Afin d'apprécier le degré d'urgence, les éléments importants à rechercher étaient selon les médecins interrogés l'existence ou non d'un scénario, d'un étayage familial, l'existence ou non de raisons de vivre et la gravité du syndrome dépressif.

    Discussion : Ces facteurs et ces éléments diagnostiques sont importants à connaitre pour mieux cibler la prévention du suicide en France qui pourrait passer par une formation adaptée des professionnels de santé et du grand public et par des structures de prise en charge psychiatriques intermédiaires entre l'hospitalisation et la prise en charge à domicile pour palier la surcharge des consultations en psychiatrie ambulatoire, et pour mettre au point un outil diagnostic de la crise suicidaire validé utilisable en médecine générale. Des études complémentaires seraient nécessaires pour augmenter la pertinence des facteurs et des critères diagnostiques trouvés dans notre étude et il serait également intéressant d'interroger des patients et des psychiatres sur le sujet.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales