Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Monegier du sorbier Victoire

Monegier du sorbier Victoire

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Monegier du sorbier Victoire"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Etude des capacités de discrimination phonologique chez des enfants dysphasiques    - Monegier du sorbier Victoire  -  04 juillet 2014

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’hypothèse phonologique, selon laquelle troubles lexicaux et morphosyntaxiques rencontrés par les enfants dysphasiques résultent d’un déficit de traitement de l’information phonologique, reçoit un intérêt grandissant depuis quelques années. Les études relèvent une sous-spécification des représentations phonologiques et, une récente étude émet l’hypothèse d’une difficulté dans la représentation des phonèmes vocaliques en mémoire. Toutefois, les études francophones se sont peu intéressées aux capacités de traitement phonologique sous-lexical mais davantage aux représentations phonologiques lexicales. Afin de mieux cerner les difficultés que rencontrent les enfants dysphasiques avec l’information phonologique, et apprécier les spécificités des traitements consonantique et vocalique, nous avons comparé les performances obtenues à une tâche de discrimination phonologique de mots et de pseudo-mots chez 15 enfants dysphasiques et les avons comparées à celles de 15 enfants au développement typique du langage appariés sur leur âge lexical réceptif. Dans cette étude, les enfants dysphasiques ont significativement plus de difficultés, par rapport aux enfants typiques, à discriminer des paires minimales de mots et de pseudo-mots différant sur un seul phonème, qu’ils soient vocaliques ou consonantiques; ceci confirme la présence d’un déficit de traitement de l’information phonologique. Par ailleurs nous relevons une difficulté significative lors de la discrimination de pseudo-mots par rapport à la discrimination de mots; cet effet n’est pas spécifique aux enfants dysphasiques et témoigne de la capacité commune qu’ont enfants typiques et dysphasiques à s’appuyer sur leurs connaissances phonologiques et sémantiques stockées en mémoire pour répondre. Enfin, nous constatons une asymétrie dans le traitement phonémique: les consonnes sont mieux perçues que les voyelles, cet effet n’étant pas spécifique aux dysphasiques mais commun aux deux groupes. Les résultats confirment la présence d’un trouble du traitement de l’information phonologique chez les dysphasiques sans pouvoir en spécifier l’origine: représentations sous-spécifiées ou difficultés de traitement des sons de la langue ?

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales