Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Lioni Murielle

Lioni Murielle

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Lioni Murielle"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Influence de l'utilisation d'un outil d'interrogatoire standardisé et évaluation des pratiques de dépistage des infections génitales basses à Chlamydia trachomatis dans les Centres de Planification et d'Education Familiale du Poitou-Charentes    - Lioni Murielle  -  18 novembre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : L'infection à Chlamydia trachomatis (Ct) est l'IST la plus répandue en Europe. Elle est souvent non traitée et peut être à l'origine d'infections génitales hautes aux conséquences secondaires non négligeables en terme de santé publique. La population dépistée et infectée est en augmentation selon le réseau de surveillance RENACHLA en France. L'HAS recommande un dépistage systématique des infections uro-génitales à Ct dans les lieux de consultation dédiés (CDAG, CIDDIST et CPEF). Les pratiques de dépistage sont-elles conformes dans les CPEF du Poitou-Charentes ? L'utilisation d'un outil d'interrogatoire standardisé dans les CPEF pourrait-elle avoir une influence sur le dépistage ?

    Objectifs : Déterminer si l'utilisation d'un outil d'interrogatoire standardisé aurait une influence sur les pratiques du dépistage de l'infection à Ct dans la population féminine des CPEF du Poitou-Charentes ; décrire et évaluer les pratiques de dépistage de ces différents CPEF et lister les freins éventuels à ce dépistage ; estimer la prévalence de l'infection dans les centres participant.

    Méthode : Un essai interventionnel comparatif randomisé a eu lieu du 1er avril 2013 au 31 août 2013 dans 8 CPEF. Il a été précédé d'un recueil des pratiques de dépistage via un pré-questionnaire dans 11 CPEF. Le médecin recueillait les données et s'il y avait réalisation d'un test de dépistage ou non chez les femmes y consultant pendant une première phase. L'outil d'interrogatoire standardisé a été introduit dans la moitié des centres (groupe exposé) après randomisation dans une deuxième phase. La présence d'un des 4 signes cliniques recherchés entrainait la proposition systématique de la réalisation d'un test de dépistage. Le groupe des centres restant constituait le groupe témoin.

    Résultats : Nous avons inclus 1343 femmes et 558 d'entre elles ont bénéficié d'un test de dépistage. La prévalence de l'infection à Ct dans la population étudiée était de 4,47 % (IC 95 % [3,36 - 5,58]). L'infection touchait en majorité les femmes âgées de moins de 25 ans et ayant un nouveau ou plus d'un partenaire depuis moins de 12 mois. Seules les données de 4 centres ont été prises en compte, suite à un recueil hors protocole des 4 autres centres. L'étude n'a pas été assez puissante. Notre outil n'a pas amélioré le dépistage dans le groupe exposé mais il a permis la non-diminution du taux de dépistage dans ce groupe comparé au groupe témoin et cela de façon significative (p = 0,008). Le dépistage de l'infection à Ct s'effectuait dans 90 % des centres interrogés. Parmi les critères de dépistage déclarés, on trouvait : l'âge inférieur à 25 ans, les situations de rapports à risque, les antécédents d'IST, la présence de signes cliniques évocateurs d'une infection à Ct, la pose de DIU et avant une IVG. Les modalités du dépistage étaient hétérogènes. Seulement 28,4 % des femmes consultantes âgées de moins de 25 ans et 23,3 % des femmes ayant un nouveau/multi-partenaire depuis moins de 12 mois ont été dépistés dans les 4 centres étudiés. Les recommandations actuelles de dépistage n'ont pas été suivies.

    Conclusion : Le dépistage des infections uro-génitales à Ct ne semble pas optimal dans les CPEF du Poitou-Charentes. L'outil d'interrogatoire standardisé pourrait être un moyen de l'améliorer par son approche syndromique et comme aide au rappel des recommandations. D'autres études semblent nécessaires afin de confirmer cette hypothèse du fait du manque de puissance de notre étude.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales