Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Limousi Frédérike

Limousi Frédérike

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Limousi Frédérike"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Effet du contexte socio-économique sur la relation entre l’exposition des femmes enceintes à un mélange de perturbateurs endocriniens via l’eau potable et la prévalence d’enfants de petit poids pour l’âge gestationnel    - Limousi Frédérike  -  20 septembre 2012  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : Le petit poids de naissance conditionne l’état de santé des enfants à court et long terme. Il est influencé par de nombreux facteurs dont des facteurs environnementaux et socioéconomiques, qui peuvent interagir et être à l’origine d’inégalités écologiques.

    Objectif : Explorer l’influence du contexte socioéconomique sur la relation entre l’exposition des femmes, au deuxième trimestre de grossesse, à un mélange de nitrates et métabolites de l’atrazine dans l’eau potable, et le petit poids ajusté sur l’âge gestationnel (PPAG).

    Méthodes : Une étude de cohorte rétrospective a été menée dans le département des Deux- Sèvres entre 2005 et 2010 à partir des certificats de santé des enfants et des mesures de nitrates et de pesticides réalisés en routine au niveau des unités de distribution d’eau. La déprivation matérielle du contexte a été caractérisée à l’échelle des plus petites zones de recensement (IRIS), grâce à la construction de l’indice de Townsend à partir des données du recensement des populations.

    Résultats : La relation entre l’exposition à des doses moyennes de nitrates seuls et le risque de PPAG était modifiée par le contexte socioéconomique. Seules les femmes résidant dans les IRIS les plus favorisés avaient un risque significativement accru de PPAG si elles étaient exposées à des doses moyennes de nitrates sans métabolites de l’atrazine, comparées aux femmes exposées à des doses faibles de nitrates sans métabolites de l’atrazine.

    Conclusion : Contrairement à ce qui était attendu, les femmes résidant dans les quartiers les plus favorisés étaient plus sensibles à la pollution de l’eau potable par des nitrates sur le risque de PPAG. Ce résultat peut s’expliquer par la compétition d’autres facteurs de risque qui seraient plus fréquents chez les femmes résidant dans les quartiers plus défavorisés.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales