Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Gibaux Thomas

Gibaux Thomas

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Gibaux Thomas"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Les cathinones : d'une pratique locale ancestrale aux « Bath salts »    - Gibaux Thomas  -  29 février 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le khat (Catha edulis), une plante traditionnellement utilisée en Afrique pour ses principales vertus tonifiantes et euphorisantes, renferme de la cathinone.

    Cet alcaloïde, un bêta-céto analogue de l'amphétamine présent naturellement dans le khat, a suscité un intérêt particulier dans la recherche de nouveaux traitements et très vite les fabricants de drogues s'y sont intéressés. Des cathinones de synthèse ont alors été synthétisées et ont fait l'objet de mésusages et d'abus.

    Ces dérivés de la cathinone, faisant partie des nouveaux produits de synthèse (NPS), sont vendus en tant que « Bath salts » (sel de bain) et estampillés « not for human consumption » (non destinés à la consommation humaine). Ils constituent en réalité une alternative légale aux stupéfiants tels que les amphétamines, la cocaïne ou bien la MDMA.

    Ces cathinones de synthèse, surnommées des « Legal highs » c'est-à-dire des « euphorisants légaux », profitent à l'origine d'un statut légal ambigu et sont encore pour certaines non contrôlées car non réglementées.

    En apportant de légères modifications à la structure chimique commune aux cathinones de synthèse, les fabricants contournent les législations. Ainsi, dès qu'une cathinone est rendue illégale, naissent, pour la remplacer, de nouvelles cathinones non réglementées.

    Les fabricants et distributeurs ont su attirer un vaste public en proposant un large choix de « Bath salts » comprenant entre autres la méphédrone, la méthylone et la MDPV : des cathinones de synthèse aux effets séduisants et facilement accessibles notamment sur Internet. Ainsi, depuis les années 2000, ces cathinones de synthèse ont connu un certain engouement sur le marché des drogues récréatives. En effet, au total 74 cathinones de synthèse différentes ont été recensées en 2014.

    Cette consommation grandissante n'est pas sans poser problème en matière de santé publique. L'utilisation globale de ces molécules conduit à des intoxications entraînant notamment des troubles neuro-psychiatriques, cardiovasculaires et gastro-intestinaux menant parfois au décès. Le grand public, tout comme les professionnels de santé, doit être informé des risques sanitaires engendrés par ces cathinones.

    Mieux connaître et mieux détecter les cathinones semble donc primordial pour mieux diagnostiquer et mieux traiter ces intoxications, ainsi que pour mieux légiférer et tenter de contrôler cette consommation de cathinones de synthèse devenue un enjeu de santé publique mondial.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales