Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Franchaud Marion

Franchaud Marion

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Franchaud Marion"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Les patients de plus de soixante-cinq ans et la connaissance de leur traitement en médecine générale, conséquences sur la iatrogénie ?    - Franchaud Marion  -  02 avril 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : la iatrogénie est un problème majeur de santé publique. Nous constatons fréquemment les lacunes de nos patients en ce qui concerne leur connaissance à propos de leur traitement. Peu d'études se sont intéressées aux connaissances qu'ont les patients de leur traitement dans le domaine de la médecine générale.

    Objectif : l'objectif principal était d'évaluer les connaissances des patients de plus de 75 ans, ou de plus de 65 ans et poly pathologiques, à propos de leur traitement habituel dans le domaine de la médecine générale, et également à propos de la surveillance liée à la prise du traitement et aux situations à risque devant conduire à consulter. Puis nous nous sommes interrogés sur l'existence d'une corrélation entre le manque de connaissance du traitement et la survenue d'un accident iatrogène.

    Méthodologie : un questionnaire à réponses ouvertes et fermées a été remis aux patients. Ils consultaient dans des cabinets de médecine générale ou étaient vus à leur domicile.

    Résultats : les patients ayant un antécédent d'accident iatrogène ont une moins bonne connaissance de leur traitement habituel. Ces patients connaissent 40.8 % des indications de leur traitement, alors que les autres patients en connaissent 53.6 % (p = 0.0206). Concernant le rappel du nom des médicaments, les patients avec un antécédent d'accident iatrogène en connaissent 33.2 %, alors que les autres en retrouvent 49 % (p = 0.0139). 81.6 % ne connaissent pas les situations à risque dans lesquelles leur traitement devrait être révisé. La connaissance du traitement est influencée par six facteurs : l'âge, la présence d'aides au domicile, la nécessité de l'aide de la famille ou d'une infirmière pour la prise du traitement, le nombre de médicaments et la fréquence de renouvellement.

    Discussion : les résultats de notre étude sont préoccupants. Ils mettent en lumière le manque d'information délivrée au patient. Le développement de programmes d'éducation thérapeutique, centrés sur le traitement chronique et adaptés aux personnes âgées, permettrait de diminuer le nombre d'accidents iatrogéniques.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales