Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Esnault Hélène

Esnault Hélène

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Esnault Hélène"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Un an de dépistage de l'infection sexuellement transmissible à Chlamydia trachomatis en médecine préventive universitaire de Poitiers    - Esnault Hélène  -  31 janvier 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : L'infection à Chlamydia trachomatis (Ct) est l'infection sexuellement transmissible (IST) la plus répandue chez les moins de 25 ans. Du fait de ses morbidités et de son expression peu symptomatique, l'IST à Ct est un problème de santé publique. En France, il n'existe pas de recommandation pour un dépistage systématique en population générale. D'ailleurs un tel dépistage n'apparait pas raisonnable en termes de coûts. C'est dans ce contexte qu'a été développé un outil d'interrogatoire standardisé Il nous semblait intéressant de tester cet outil en médecine préventive universitaire (MPU), lieu fréquenté par une population jeune donc à priori à risque. Objectifs : Estimer la prévalence de l'infection en MPU. Etudier les facteurs de risques que sont l'âge et la durée écoulée depuis le dernier changement de partenaire. Etudier la performance de l'outil d'interrogatoire standardisé. Observer ce que peut apporter l'introduction de ce type d'outil sur la pratique de ce dépistage. Méthode : Nous avons réalisé une étude descriptive analytique, observationnelle et transversale, au sein du service de MPU de la faculté de Poitiers, du 1er octobre 2012 au 28 juin 2013. Nous avons recueilli 2 facteurs de risque que sont l'âge et la durée de la dernière relation, le taux de positivité et la présence ou non des principaux symptômes de l'infection. Résultats : Deux cent quatre-vingt-seize femmes et 117 hommes ont été inclus. La moyenne d'âge était de 21.8 ans pour les femmes et 22.9 ans pour les hommes. La moyenne de la durée depuis le dernier changement de partenaire était de 6.6 mois pour les femmes et 4 mois pour les hommes. La prévalence de l'infection était de 7.5%. Il n'y avait pas de différence statistiquement significative entre le groupe positif et le groupe négatif concernant la présence de symptômes en association avec l'infection. La petite taille de notre échantillon ne nous a pas permis d'effectuer tous les calculs nécessaires à l'étude de la performance de notre outil. Conclusion : Nous avons observé un biais de sélection : notre population était majoritairement une population ayant consulté au sein du CDAG de ce MPU et elle en avait les caractéristiques. Dans ce contexte, les critères de l'âge et de la durée depuis le dernier changement de partenaire étaient pertinents puisque 96% des patientes étaient dépistées. Cependant, en termes de coûts, ces critères posent problème puisqu'ils conduiraient à proposer une PCR à 70% de la population consultant en MPU. Notre outil pourrait trouver son utilité dans une démarche de rationalisation des coûts de soins. Il pourrait également trouver une utilité pour son effet « reminder ». Son intérêt comme outil d'amorce à l'abord de la sexualité doit être testé. D'autres études sont nécessaires pour évaluer la performance de l'outil en soins primaires.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales