Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Boyer Karine

Boyer Karine

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Boyer Karine"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Dissections artérielles cervicales spontanées : facteurs étiologiques, prise en charge et devenir des patients    - Boyer Karine  -  14 octobre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les dissections artérielles cervicales spontanées (DAC) représentent une des causes les plus fréquentes d'accident vasculaire cérébral ischémique (AVC) du sujet jeune. En plus du classique facteur traumatique, d'autres facteurs de prédisposition aux DAC ont été décrits tels que la migraine, une infection récente, le déficit en alpha 1-antitrypsine (A1AT), l'hyperhomocystéinémie (Hcys)…, mais restent discutés. Il existe par ailleurs peu de données concernant le suivi des patients et le risque de récidive de DAC. Le but de notre étude était d'analyser les caractéristiques cliniques, les facteurs de prédisposition, la prise en charge en phase aiguë et le devenir de patients avec DAC hospitalisés au CHU de Poitiers entre 2005 et 2012.

    Matériels et méthodes : Dans une étude rétrospective monocentrique, nous avons inclus les patients hospitalisés dans le service de neurologie du CHU de Poitiers entre le 01/01/2005 et le 31/12/2012 pour une DAC confirmée sur les examens radiologiques. Les patients qui avaient bénéficié du dosage de l'A1AT et de l'Hcys étaient éligibles pour une étude castémoins réalisée dans le but de déterminer la validité de ces 2 paramètres en tant que facteurs de risque de DAC.

    Résultats : Sur 122 patients éligibles, 26 furent exclus pour raison diagnostique. Dans la population de 96 patients, l'âge moyen au diagnostic était de 46,3 ans, il existait une légère prépondérance masculine (sexe ratio=1,2), la présentation clinique initiale comprenait un syndrome douloureux dans 79,2% des cas et des signes locaux dans 21,9%. On retrouvait un facteur traumatique mineur dans 32,3% des cas et une infection récente dans 10,4%. Un AVC compliquait la DAC dans 65,6% des cas, et le taux de mortalité en phase aiguë était faible (3,1%). Le bilan étiologique restait négatif dans la majorité des cas. Dans l'étude cas-témoins, on ne mettait pas en évidence de déficit en A1AT ni d'HHcys chez les patients par rapport aux témoins. La durée moyenne de suivi était de 29 mois. Le taux de cicatrisation artérielle sur les imageries de contrôle atteignait 76,8% ; les taux de récidive de DAC et de récidive d'AVC étaient chacun de 4,2%. Enfin, 75,8% des patients avaient une évolution fonctionnelle favorable (mRS < 2) et 74,2% avaient pu reprendre une activité professionnelle.

    Conclusion : Les résultats de notre étude correspondent globalement aux données des études parues dans la littérature en termes de population, de facteurs de prédisposition aux DAC, de pronostic et d'évolution à long terme. Nos données ne viennent pas conforter l'hypothèse d'un rôle majeur des facteurs biologiques (déficit en A1AT et Hcys) dans la physiopathologie des DAC.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales