Vous êtes ici : Accueil > Disciplines > Médecine. médecine générale

Médecine. médecine générale

Les travaux sélectionnés

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
571 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • La prise en charge des urgences en médecine générale selon l'algorithme ABCDE(F)    - Mayet Céline  -  27 septembre 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'algorithme ABCDE(F) est une approche dynamique de l'évaluation et du traitement des patients en situation critique, développée aux États Unis dans les années 1980 par le Dr Styner, chirurgien orthopédiste. Il s'agit d'évaluer successivement les voies aériennes, la respiration, la circulation, l'état neurologique, les facteurs d'exposition et enfin, les aspects sociaux et logistiques, le contexte, les antécédents et le terrain. Connu de la plupart des services d'urgence et de réanimation et accepté par les comités d'experts, la question peut se poser de connaître sa place en médecine générale.

    Matériels et méthodes : Une étude multicentrique, d'observation épidémiologique transversale a été réalisée du 18 mars au 4 mai 2018, incluant 59 médecins généralistes du Finistère et 57 médecins généralistes de la Vienne, afin d'évaluer l'intérêt de l'utilisation de l'algorithme ABCDE(F) dans un contexte d'urgence et d'évaluer son impact sur la gestion de ces situations en médecine générale.

    Résultats : Environ un médecin généraliste installé ayant une activité libérale exclusive sur deux, connaît l'algorithme ABCDE(F). Parmi les médecins généralistes qui le connaissent, trois quarts l'utilisent dans le Finistère versus 67% pour la Vienne. Un taux de 67% des généralistes du Finistère estiment qu'il s'agit d'un bon outil de communication au SAMU versus 94% pour la Vienne. L'algorithme est intégrable à la pratique de tous les professionnels de la santé pour 63% des médecins installés du Finistère versus 68% pour la Vienne. Un médecin généraliste libéral sur 5 le juge davantage adapté aux urgentistes. Les médecins généralistes installés qui connaissent l'algorithme présentent également une plus grande facilité de gestion des urgences et de communication par rapport à ceux qui ne le connaissent pas.

    Analyse : Cette étude prouve donc l'intérêt de son application en médecine générale et son impact sur la prise en charge des patients en situation d'urgence.

    Discussion : Les résultats de cette étude sont en parfaite adéquation avec l'article Initial assessment and treatment with the Airway, Breathing, Circulation, Disability, Exposure (ABCDE) approach paru en janvier 2012 qui présage de l'utilisation de l'algorithme par tous les professionnels de la santé pour tous les patients relevant de l'urgence, et également en corrélation avec l'étude observationnelle pilote hollandaise, parue en avril 2017, qui précise que l'algorithme est proportionnellement davantage utilisé selon un degré d'urgence croissant.

  • Réaliser sa thèse d'exercice : difficultés et moyens pédagogiques pertinents selon les IMG de Poitiers    - Fiesque Stéphanie  -  27 septembre 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les difficultés liées au travail de thèse chez les internes de médecine générale (IMG) ont été l'objet de plusieurs études dans différentes facultés françaises ces 15 dernières années. Aucune donnée récente n'existait sur la situation à Poitiers. L'objectif principal était d'évaluer le niveau de difficulté des IMG Poitevins vis-à-vis de la thèse. L'objectif secondaire était d'évaluer leur opinion sur des modalités pédagogiques pouvant améliorer la formation.

    Méthode : Étude d'opinion menée d'août à septembre 2017 par questionnaire en ligne chez quatre promotions d'IMG de la Faculté de Poitiers. Auto-évaluation des difficultés et de la pertinence des propositions pédagogiques via une échelle de Likert par les IMG.

    Résultats : Parmi les 494 IMG interrogés, le taux de réponse était de 21,5%. Huit réponses étaient non exploitables. Les 98 IMG de l'échantillon estimaient avoir un niveau global de difficulté de 3,6 sur 7. L'analyse détaillée montrait que les principaux freins étaient le manque de formation à la thèse, la difficulté de trouver des interlocuteurs, d'accéder à des outils d'aide méthodologique et de trouver un sujet de thèse. Les difficultés intrinsèques représentaient un frein important. Les internes jugeaient les ressources pédagogiques et les formations proposées pertinentes (5,6 et 4,5 sur 7). Ils préféraient le listing de directeur de thèse, les petites annonces entre thésards et DT et les tutoriels vidéo d'aide méthodologique.

    Conclusion : Les IMG Poitevins comme les autres IMG français estiment être insuffisamment formés à la thèse. Ils manquent de ressources pédagogiques, présentent des problèmes motivationnels et de gestion de temps. Ils sont favorables à la mise en place de ressources pédagogiques et à l'auto-formation afin de pallier la situation. Il serait intéressant de modifier l'enseignement actuel en ce sens puis d'évaluer l'impact de ces modifications.

  • Déserts médicaux en France : l'expérience des Tuamotu (Polynésie Française), une opportunité pour la métropole ? : pour une nouvelle organisation des soins premiers s'appuyant sur l'e-santé    - Perez Marion  -  27 septembre 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les déserts médicaux en France souffrent d'une défaillance de l'offre de soins premiers mettant en péril l'équité sanitaire. Pour répondre à des problématiques équivalentes, une organisation de santé primaire innovante s'appuyant sur l'e-santé, a été développée avec succès sur l'archipel des Tuamotu-Gambier en Polynésie française.

    Objectif : S'interroger sur l'opportunité d'adapter dans les déserts médicaux en France, un modèle inspiré de l'organisation des soins premiers en Polynésie.

    Matériel et Méthodes : Étude descriptive qualitative avec approche organisationnelle de l'offre de soins en France et en Polynésie française, associée à une revue systématique de la littérature à partir des bases de données Pubmed, The Cochrane Library, Google Scholar, Odébu, et Sudoc, de novembre 2017 à juin 2018. Le fonctionnement du Service de Santé des Tuamotu-Gambier a pu être assimilé grâce à la participation à des consultations et des missions de télémédecine au sein du service.

    Résultats : Des zones complexes d'accès aux soins ont été identifiées et ont des conséquences sanitaires préoccupantes. Aucune solution de soins premiers appuyée par l'e-santé n'a montré son efficience en France. L'offre de soins organisationnelle aux Tuamotu-Gambier répond aux recommandations des pouvoirs publics. Son analyse opérationnelle détermine des facteurs de succès et des points d'attention dont les risques sont maîtrisables.

    Conclusion: L'organisation des soins premiers appuyée par l'e-santé, développée avec succès aux Tuamotu-Gambier, pourrait être une solution pour lutter contre les déserts médicaux en France. Une phase expérimentale permettrait d'analyser l'efficacité des mesures sanitaires entreprises et de disposer de données dont l'étude conduirait à faire évoluer cette organisation.

  • Impact de la mise en place d'une équipe médicale dédiée à la salle d'accueil d'urgence vitale du Centre hospitalier universitaire de Poitiers    - Morvan Maëlle  -  25 septembre 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : En décembre 2013, dans le contexte d'un plan institutionnel d'amélioration du service des urgences, le CHU de Poitiers a mis en place une équipe médicale complète et uniquement dédiée à la SAUV du service des urgences adultes. L'objectif de cette étude est d'évaluer l'impact de cette mise en place sur les délais de prise en charge des patients concernés.

    Matériel et méthode : Cette étude rétrospective et monocentrique a été réalisée sur neuf années consécutives : cinq années avant et quatre années après la mise en place de l'équipe dédiée à la SAUV. Elle analysait l'évolution des délais de prise en charge, des orientations après passage dans cette filière et des principales pathologies rencontrées.

    Résultats : 621 dossiers ont été analysé pour la première période et 8980 dossiers pour la seconde. Cette étude n'a pas montré de diminution du délai de prise en charge médicale T2, mais ce résultat est à relativiser en prenant en compte les nombreux facteurs environnementaux. Le délai jusqu'au premier contact médical T1 a été significativement réduit de 13 minutes. Elle a montré une évolution significative du panel de pathologies rencontrées et une nouvelle répartition des orientations à l'issue du passage en SAUV.

    Conclusion : La mise en place d'une équipe médicale dédiée à la SAUV permet d'améliorer de manière significative le délai jusqu'au premier contact médical. Cette mise en place participe également à la gestion du flux global des patients du service des urgences adultes du CHU de Poitiers.

  • La dermatoscopie dans la détection précoce du mélanome malin en consultation, facteurs influençant son utilisation en médecine générale : une étude quantitative    - Vidalain Thomas  -  20 septembre 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le nombre de cas de cancers de la peau a plus que triplé entre 1980 et 2012 en France. La dermoscopie se démocratise dans de nombreux pays. L'objectif de cette étude était d'identifier les facteurs pouvant influencer l'utilisation du dermatoscope pour la détection précoce du mélanome en médecine générale.

    Méthode : Il s'agit d'une étude quantitative descriptive et transversale réalisée au moyen d'un questionnaire électronique diffusé par mail, via l'Union Régionale des Professionnels de Santé, aux médecins généralistes libéraux de l'ancienne région Poitou-Charentes. Ils devaient préciser leur degré d'accord sur une échelle de Likert graduée à 10 entrées, 10 correspondant à "un accord total", sur 12 affirmations sur le dermatoscope issues d'une revue narrative de la littérature.

    Résultats : Sur les 676 médecins sollicités, 108 réponses ont été obtenues : 11% possédaient un dermatoscope et 3.7% avaient participé à une formation. Les facteurs favorisant son utilisation étaient : avec x̅=6.92±2.78 (moyenne±écart type) l'utilité de la technique et la confiance accrue du médecin et du patient dans l'hypothèse diagnostique x̅=7.01±2.37 et x̅=6.56±2.62 respectivement. Les facteurs limitant son utilisation étaient : l'information concernant la technique (x̅=1.82±2.62) et l'absence de formation à celle-ci (x̅=8.16±2.68). La responsabilité qu'engendre l'utilisation de l'appareil (x̅=4.52±3.16), son prix (x̅=4.60±3.06) et le temps nécessaire à son utilisation (x̅=3.47±2.88) avaient une influence plus limitée.

    Conclusion : Les médecins généralistes occupent une place centrale dans la détection précoce du mélanome. Il semble important au vu des perspectives d'avenir de les impliquer dans l'utilisation du dermatoscope, outil utile, pratique et peu couteux. Apprendre la sémiologie dermoscopique lors de la formation initiale, financer des formations continues, élargir les recommandations d'utilisation sont des pistes pouvant permettre sa démocratisation.

  • Recherche de facteurs associés à la survenue du syndrome post ponction lombaire aux urgences adultes du CHU de Poitiers    - Sihard Houyame  -  20 septembre 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La ponction lombaire est un geste diagnostic fréquent en médecine d'urgence. Il est, comme tout geste invasif, à risque de complications, la principale étant le syndrome post-ponction lombaire. Si certains facteurs de risque sont connus et décrits dans la littérature, d'autres sont plus controversés ou considérés comme inutiles en matière de prévention. Les objectifs de cette étude étaient de rechercher des facteurs de risque associés à la survenue d'un SPPL aux urgences adultes du CHU de Poitiers et de tester les connaissances médicales à ce sujet.

    Matériel et méthodes : Les sujets majeurs ayant eu une ponction lombaire à visée diagnostique ont été inclus entre le 1er février et le 30 juin 2018 à l'aide d'un questionnaire validé permettant le recueil de données diverses concernant le patient, l'opérateur et le geste. Chaque sujet inclus faisait l'objet d'un rappel téléphonique au 7ème jour après la ponction, afin de rechercher, à l'aide d'une fiche de recueil standardisée, l'apparition d'un SPPL dans l'intervalle. Une relance était effectuée au 10ème jour en l'absence de réponse. Les patients n'ayant pas donné suite au rappel téléphonique ont été exclus. L'évaluation des connaissances médicales concernant le SPPL a été réalisée à l'aide d'un questionnaire en ligne, envoyé à la fin des inclusions. L'objectif étant de modifier les pratiques afin de diminuer les consultations pour ce motif, invalidant pour les patients et source d'hospitalisations prolongées et de dépenses supplémentaires.

    Résultats : 51 patients ont ainsi été analysés. Parmi les facteurs étudiés, le jeune âge (OR 0,940 IC [0.890-0.994], p=0.01) et l'antécédent de migraines (OR 0,089 IC [0.006-0.960], p=0.023) sont associés de manière significative à la survenue d'un SPPL. L'étude des autres facteurs ne nous a pas permis de mettre en évidence d'association significative. L'évaluation des praticiens révèle, quant à elle, un défaut de connaissance global.

    Conclusion : Cette étude ne nous a pas permis de mettre en évidence d'association significative sur les facteurs étudiés en dehors de l'âge et de l'antécédent de migraines. Ces résultats sont essentiellement liés à un défaut de puissance. D'autres études multicentriques et sur un plus grand nombre de sujets doivent donc être menées. Une formation théorique des praticiens semble judicieuse au vu du manque de connaissance objectivé.

  • Comparaison des Scores de corrélation inter-opérateurs de l'échelle de Kremlin-Bicêtre et du Coma Glasgow Scale    - Bessaï Mehdi  -  20 septembre 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'échelle Glasgow est le gold standard actuel de l'évaluation des patients cérébro-lésés, mais son utilisation a des limites. L'échelle de Kremlin-Bicêtre (KB), a récemment montré qu'elle n'était pas inférieure au score de Glasgow dans l'évaluation pronostic d'une population de traumatisés crâniens. L'objectif principal de cette étude est de comparer les corrélations inter-opérateurs de ces deux échelles.

    Population et méthode : Le recueil des scores a eu lieu dans le service d'urgence du CHU de Poitiers. Chaque patient bénéficiait d'une double évaluation indépendante de chaque score, réalisée par deux opérateurs différents (médecin ou interne) dont au moins un médecin sénior. Les scores Kappa étaient ensuite calculés, puis le degré d'accord lié au hasard était pris en compte via le calcul d'un Kappa de Cohen et le résultat était interprété selon Landis & Koch.

    Résultats : Sur les 83 patients inclus (63,8  24 ans, 52,63% de femmes), 59 ont bénéficié d'une double évaluation. Les scores de corrélations (Kappa de Cohen) étaient respectivement de 0,68 pour l'échelle de Kremlin-Bicêtre et 0,71 pour l'échelle de Glasgow. Ces résultats correspondent à un accord satisfaisant selon Landis & Koch.

    Conclusion : La corrélation inter-opérateurs de l'échelle de Kremlin-Bicêtre est satisfaisante, et n'est pas inférieure à celle de l'échelle de Glasgow. Si sa valeur prédictive doit maintenant être testée sur une population cérébro-lésée d'étiologie non traumatique, sa reproductibilité fait de l'échelle de KB un potentiel nouvel outil d'évaluation des patients cérébro-lésés.

  • Analyse de la qualité scientifique du contenu des outils d'aide à la décision médicale partagée    - Mathieu Camille  -  13 septembre 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les Patient Decision Aids (PDA) sont des outils conçus pour aider les patients à participer à une prise de décision concernant une question sur leur santé sans les influencer. Des recommandations pour l'amélioration de la qualité des PDA ont été proposées en établissant une liste de critères de qualité : l'IPDAS Checklist. Cette étude observationnelle descriptive cherche à évaluer la qualité scientifique du contenu des PDA selon les critères de l'IPDAS Checklist.

    Méthode : Les PDA recensés et analysés sont issus des 105 articles inclus de la revue systématique de la Cochrane mise à jour en 2017 évaluant les effets des PDA chez les patients confrontés à une décision concernant un traitement ou un dépistage. Les outils récupérés ont ensuite été analysés grâce à l'IPDAS Checklist par deux lecteurs, de manière indépendante.

    Résultats : Quarante et un outils ont été récupérés. Parmi eux, 36,6% sont testés en situation réelle (field testing) avec les protagonistes (professionnels de santé, patients experts) (item 34). Un peu plus d'un tiers des PDA citent des références (39%,item 38), moins d'un sur dix décrit le niveau de qualité des preuves scientifiques (9,8%, item 42), et moins d'un sur trois spécifie si les auteurs ont des liens d'intérêt autres que ceux du patient (29,3%, item 45).

    Discussion : Les PDA devraient présenter une gradation de fiabilité des outils en fonction de la qualité de l'évidence. L'évaluation des PDA devrait donc débuter par cette recherche car si la validité scientifique des options proposées n'est pas présentée, le PDA n'est pas pertinent. Il nous semble nécessaire de hiérarchiser les items de l'IPDAS Checklist et d'en rendre au moins trois obligatoires à la publication d'un PDA: le niveau de preuve, la présentation des risques et bénéfices en valeurs absolues, et les conflits d'intérêts des auteurs de la PDA.

    Conclusion : La majorité des PDA sont pensés par des professionnels de santé pour communiquer sur les différentes options qu'ils peuvent proposer plutôt que d'aider les patients à prendre des décisions éclairées sur les données actualisées de la science.

  • Analyse de la qualité des outils d'aides à la décision partagée : l'approche centrée patient    - Gerbaud Julie-May  -  13 septembre 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les Patient Decision Aids (PDA) sont des outils conçus pour aider les patients à participer à une prise de décision concernant une question sur leur santé sans les influencer. Des recommandations pour l'amélioration de la qualité des PDA ont été proposés en établissant une liste de critères de qualité : l'IPDAS Checklist for users. Cette étude observationnelle descriptive cherche à évaluer comment les PDA tiennent compte d'une approche centrée patient à partir des critères de l'IPDAS Checklist.

    Méthode : Les PDA recensés et analysés sont issus des 105 articles inclus de la revue systématique de la Cochrane mise à jour en 2017 évaluant les effets des PDA chez les patients confrontés à une décision pour un traitement ou un dépistage. Les outils récupérés ont été ensuite analysés avec l'IPDAS Checklist par deux lecteurs, de manière indépendante afin de comparer les résultats des deux grilles.

    Résultats : Quarante-et-un outils ont été récupérés. Les PDA améliorent les connaissances des patients dans 70,7% (item 59), mais seulement 12,2% améliorent la qualité de décision (item 64). Les PDA ont un niveau de compréhension compris par la majorité du public cible (item 46 à 85,4%). Plus de deux tiers des PDA (70,7%) se composent d'étapes pour accompagner dans la prise d'une décision (item 26). Discussion : L'approche centrée patient semble moins représentée au profit d'une approche centrée médecin pour répondre à la gestion de l'incertitude. Les outils semblent être créés par des professionnels de santé pour répondre aux difficultés auxquels ils sont confrontés lorsque différents choix sont possibles. Ils simplifient la communication médecin-patient et la compréhension des propos médicaux par les patients.

    Conclusion : La majorité des PDA n'ont pas été pensés par les patients pour répondre à leur problématique de délibération face aux choix mais plutôt pour aider le médecin dans la gestion de l'incertitude en pratique clinique.

  • Élaboration d'un outil d'aide à la prise en charge des effets indésirables des inhibiteurs des points de contrôle à destination des médecins généralistes de l'ex-région Poitou-Charentes    - Audoux Mathilde  -  06 septembre 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'immunothérapie en cancérologie constitue une véritable révolution thérapeutique en améliorant de manière significative la survie des patients. Les anti-PD1 sont à l'heure actuelle, les seules molécules à posséder autant d'indications thérapeutiques. Ainsi, le nombre de patients susceptibles de recevoir ces molécules augmente de manière exponentielle nécessitant une réorganisation des soins en oncologie. Bien que mieux tolérée que la chimiothérapie usuelle, l'immunothérapie a des effets indésirables spécifiques nommés immune-related Adverse Events. La gestion de ces toxicités auto-immunes nécessite la formation des médecins généralistes dans le but d'améliorer la tolérance des patients à cette thérapeutique.

    L'objectif principal de ce travail a été d'élaborer un outil d'aide à la prise en charge des effets indésirables à destination des médecins généralistes de l'ex-région Poitou-Charentes. L'objectif secondaire a été d'évaluer son impact à court terme sur la connaissance des effets indésirables spécifiques, leur prise en charge et la capacité du généraliste à joindre un spécialiste référent. L'étude prospective qualitative réalisée permet de mettre évidence que 15,2% seulement des médecins généralistes interrogés connaissent les effets indésirables spécifiques des inhibiteurs de point de contrôle et ce chiffre ne monte qu'à 30% parmi les praticiens qui ont au moins un patient traité par immunothérapie. Seulement 13,3% des généralistes interrogés s'estiment "plutôt à l'aise" ou "très à l'aise" concernant la gestion des immune-related Adverse Events. De plus, 40% des praticiens expriment rencontrer des difficultés pour joindre l'oncologue référent de leur patient.

    Dans le cadre de cette thèse, l'outil d'aide concernant la gestion des effets indésirables des inhibiteurs de checkpoint mis au point et appelé TOXIMMUNO a été conçu sous la forme d'un site Internet, d'accès libre et utilisable en consultation à destination des médecins généralistes de l'ex-région Poitou-Charentes.

    Après la mise à disposition de TOXIMMUNO, 89,6% des médecins généralistes déclarent connaître les effets indésirables spécifiques des inhibiteurs de point de contrôle (p < 0,0001) et 86,9% s'estiment être "très à l'aise" ou "plutôt à l'aise" concernant leur gestion (p < 0,0001). De plus, l'outil permet d'améliorer de manière significative la communication entre le spécialiste et le généraliste (p < 0,0001).

    Un des enjeux majeurs de TOXIMMUNO est désormais la pérennisation des informations délivrées.

|< << 1 2 3 4 5 6 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales