Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Nobili-Dubarry Céline

Nobili-Dubarry Céline

Les travaux encadrés par "Nobili-Dubarry Céline"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 2
Tri :   Date travaux par page
  • Collaboration ville-hôpital pour le suivi du nouveau-né : exemple des médecins généralistes de Charente maritime    - Gellis Chloé  -  27 octobre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La prise en charge de la grossesse, de la naissance et des premiers jours de vie se sont considérablement modifiés au cours des dernières années. Dans un contexte de raccourcissement des séjours en maternité, l'enjeu actuel de la prise en charge du nouveau-né est de satisfaire le souhait des parents en limitant le temps d'hospitalisation en maternité tout en préservant une sécurité optimale pour la mère et son enfant. Il est donc essentiel que des médecins généralistes formés pour les différentes étapes de la vie extra-utérine et de ses pathologies, prennent part au suivi du nouveau-né. Les objectifs de cette étude étaient d'évaluer l'implication des médecins-généralistes de Charente-Maritime dans le suivi des nouveau-nés et de déterminer les différents points à améliorer pour que la prise en charge de ces enfants soit optimale. Le but, plus général de cette étude, étant de créer une collaboration ville-hôpital fiable grâce à laquelle les professionnels de santé peuvent s'entraider pour une surveillance néonatale de qualité.

    Méthode : Il s'agissait d'une étude transversale descriptive des pratiques et du ressenti des médecins généralistes de Charente-Maritime vis-à-vis de leurs connaissances concernant le suivi du nouveau-né. Entre Avril et Juin 2017, les 400 médecins généralistes exerçant dans un périmètre de 50 km du Centre hospitalier de Saintes ont été contactés par téléphone pour répondre à un questionnaire transmis par mail.

    Résultats : Le nombre total de médecins généralistes ayant répondu au questionnaire est de 94 soit un taux satisfaisant de réponse de 23,5%. Parmi ces médecins généralistes, plus de 50 % voyaient moins d'un nouveau-né par semaine. Ceux qui voyaient plus de 3 nouveau-nés par semaine exerçaient plus souvent une activité rurale en collaboration. 16 % n'appréciaient pas les consultations de nouveau-nés. Près de 90 % estimaient avoir des connaissances correctes voire certaines sur l'allaitement maternel. 43% estimaient avoir peu voire pas de connaissances sur l'ictère néonatal. En cas de difficulté, la majeure partie des médecins généralistes orientait vers le secteur hospitalier que ce soit en prenant un avis auprès d'un pédiatre de maternité (44,7%) ou en adressant l'enfant vers les urgences pédiatriques (55,3%).

    Conclusion : De nombreux médecins généralistes de Charente Maritime se sentent à l'aise avec le suivi des nouveau-nés et montrent un réel souhait d'implication dans ce suivi. Il est essentiel de renforcer ce réseau de collaboration ville-hôpital pour une surveillance néonatale de qualité et permettre aux professionnels de santé, acteurs du suivi du nouveau-né, de s'entraider et d'avoir recours à des interlocuteurs adaptés en cas de difficulté. L'organisation d'un suivi du nouveau-né de qualité nécessite de solliciter des professionnels de santé ayant de solides connaissances théoriques présentant une pratique régulière dans ce domaine. De nombreux aspects de cette collaboration sont encore à améliorer pour faciliter le travail des médecins de ville, approfondir leurs compétences en termes de suivi du nouveau-né, les soutenir en cas de difficulté concernant le cas d'un nouveau-né. La poursuite de formations annuelles sur le thème du suivi du nouveau-né destinées aux médecins généralistes représente une opportunité de renforcer cette collaboration tout comme l'ouverture de consultations pédiatriques au plus près des familles et de leurs médecins traitants au sein des Centre Périnataux de Proximité.

  • Estimation de la couverture vaccinale théorique avant l'âge de 24 mois chez les nourrissons nés à terme et nés prématurément et évaluation des pratiques vaccinales des médecins généralistes de Charente-Maritime    - Metereau Aurelie  -  04 décembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Exposé dès sa naissance à des infections potentiellement dangereuses, le nourrisson doit être vacciné dès que possible. La mesure de la couverture vaccinale est essentielle pour savoir si un programme de vaccination correspond aux objectifs fixés par la loi.
    L'objectif principal de notre étude était d'estimer la couverture vaccinale théorique (CVT) à 24 mois des nourrissons nés à terme (NAT) et nés prématurément (NP).

    Méthodologie : Enquête transversale descriptive. Nous avons sélectionné 400 médecins généralistes proches du Centre Hospitalier de Saintonge, en activité libérale. Un questionnaire comportant 44 questions leur a été envoyé. Les questions concernaient leur opinion, habitudes et pratiques vaccinales. Nous avons évalué leur avis sur l'amélioration de la couverture vaccinale. Les résultats ont été calculés en effectifs et en pourcentage.

    Résultats : La couverture vaccinale théorique (CVT) était en adéquation avec les objectifs pour le DTPCoqHib (NAT : DTP=100% ; Coq=100% ; Hib=96,2% et NP : DTP=97,5% ; Coq=96,8% ; Hib=93,7%), le ROR (NAT=96,3% ; NP =94,3%) et l'hépatite B (NAT=96,2% ; NP=93,7%). Elle l'était moins pour le Méningocoque C (NAT=82,3% ; NP=80,4%). La CVT du pneumocoque pour les prématurés (NP=19,1% contre NAT=95%), et celles des populations à risque de tuberculose (NAT=59,5% ; NP=57,6%) et de grippe (NAT=28,5% ; NP=32,3%), était loin d'atteindre les objectifs.
    10,1% exprimaient une appréhension à vacciner les nourrissons. Le Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire était leur source principale d'information (34,2%). 30,4% débuteraient la vaccination chez les prématurés en fonction de l'âge corrigé. La plupart des médecins maîtrisent la technique vaccinale (en intramusculaire, dans la cuisse) et utilisent parfois de l'EMLA®. 86,1% étaient intéressés par un calendrier « vaccination du prématuré » associé au carnet de santé.

    Conclusion : Des outils permettant une amélioration des compétences des médecins spécialistes en soins primaires sont indispensables afin d'optimiser la couverture vaccinale, clé de voûte de la prévention vaccinale individuelle et collective.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales