Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Vibert Julie

Vibert Julie

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Vibert Julie"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Étude en spectroscopie multinoyaux 1H-31P par résonance magnétique de la Sclérose en Plaques    - Vibert Julie  -  03 juillet 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La Sclérose en Plaques (SEP) est une affection du système nerveux central de l'adulte jeune, d'étiologie inconnue, due à la formation de plaques de démyélinisation. L'IRM associée aux données métaboliques de la spectroscopie multinoyaux par résonance magnétique (SRM) 1H-31P apporte des renseignements précieux sur les mécanismes physiopathologiques de la maladie au sein des lésions et de la substance blanche d'apparence normale (SBAN).

    Matériels et méthodes : Les données de SRM 1H-31P ont été recueillies chez 23 patients atteints de SEP et 20 sujets témoins. Les patients appartenaient aux trois formes de la maladie : 10 récurrente-rémittentes (RR), 7 secondairement progressives (SP) et 6 primaire progressives (PP). Une étude corrélative a ensuite été réalisée entre les données métaboliques et le score EDSS, l'âge et la durée d'évolution de la maladie.

    Résultats : En SRM-1H, il existe une baisse du NAA au sein des plaques (p=0,0003) et de la SBAN (p=0,0113), et une augmentation de la Cho (p<0,0001), du Myo (p<0,0001) et de la Cr (p=0,0015) au sein des plaques chez les patients comparé au groupe contrôle. Il existe des variations en fonction du groupe avec un taux de NAA plus bas en cas de formes progressives (p=0,0292). En SRM-31P il existe une augmentation des taux de PC (p=0,0132), PDE (p=0,0002), GPC (p=0,0003) et du taux de PCR (p=0,0132) au sein des plaques chez les patients atteints de SEP. Une augmentation des taux de PC, GPC et PDE est également retrouvée dans la SBAN. Des modifications métaboliques ont été retrouvées en SRM multinoyaux concernant l'EDSS (< ou ≥6) et l'âge des patients, et en SRM-31P concernant la durée d'évolution de la maladie (< ou ≥10 ans).

    Conclusion : Des modifications biochimiques ont été mises en évidence au sein des plaques et de la SBAN chez les patients atteints de SEP en SRM 1H et 31P, traduisant des phénomènes de gliose et de perte axonale ainsi qu'une altération du métabolisme énergétique. Des études de plus grand effectif et un suivi longitudinal des patients apparaissent néanmoins nécessaires pour confirmer ces données.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales