Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Verrier Mathilde

Verrier Mathilde

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Verrier Mathilde"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Maltraitance infantile : état des lieux des connaissances des médecins généralistes du Poitou-Charentes et de leurs difficultés de signalement lors de son repérage    - Verrier Mathilde  -  29 septembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : en France, en 2006, 98 000 signalements d'enfants en danger ont été recensés. Seuls 2 à 5 % des signalements proviennent du corps médical alors que le rôle du médecin est de repérer les situations à risque et les cas de maltraitance infantile.

    Objectifs : l'objectif de notre travail est d'évaluer les connaissances des médecins généralistes du Poitou-Charentes sur le thème du repérage de la maltraitance infantile. L'objectif secondaire est de rechercher les freins qui s'opposent au signalement d'un enfant maltraité ou en risque de l'être.

    Matériel et méthodes : il s'agit d'une étude observationnelle, menée du 26 février au 12 avril 2015. 94 médecins généralistes exerçant dans le Poitou-Charentes, ont participé à notre étude en répondant à un questionnaire. Celui-ci comprend 26 questions afin de connaître le statut sociodémographique des médecins, leurs connaissances sur le thème de la maltraitance infantile – facteurs de risque, signaux d'appel et législation –, leur prise en charge en cas de repérage d'un enfant en danger et les freins qu'ils peuvent rencontrer.

    Résultats : 77,66 % des médecins interrogés ont déjà repéré un enfant en risque, 67,12 % n'ont jamais rédigé de signalement judiciaire ni administratif. La moyenne globale du score atteint par les médecins est correcte, avec une réussite de 72,3 %. Certains facteurs de risque ont été insuffisamment identifiés par les médecins (taux de réponse correcte inférieur à 30 %) : l'âge inférieur à 2 ans, la prématurité, l'inoccupation parentale et l'hospitalisation maternelle pendant la grossesse. 80,22 % des médecins citent la « peur de se tromper », comme étant un frein au signalement, 43,96 % citent le « manque de connaissance des procédures de signalement » et la « peur de stigmatiser la famille ».

    Conclusion : proposer des formations centrées sur les facteurs de risque de maltraitance infantile, la périnatalité et l'information préoccupante, développer une collaboration plus efficace entre les différents acteurs de la protection de l'enfance sont des pistes pour améliorer le repérage d'enfants en danger et leur signalement par les médecins généralistes.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales