Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Ricoulleau Violaine

Ricoulleau Violaine

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Ricoulleau Violaine"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Place de l'homéopathie dans les prescriptions des médecins généralistes non homéopathes : enquête auprès de 170 médecins généralistes de la Vienne    - Ricoulleau Violaine  -  20 septembre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'homéopathie est une médecine parallèle, qui suscite de nombreux débats au sein de la communauté scientifique, quant à son mécanisme d'action et son efficacité. Pourtant le recours des patients à ce type de traitements non conventionnels est de plus en plus important.

    L'intérêt de notre travail était triple : - Réaliser un état des lieux et caractériser les prescriptions homéopathiques par les médecins généralistes non homéopathes dans la Vienne. - Identifier les motifs de prescriptions ou a contrario les freins à l'utilisation des médicaments homéopathiques. - Etudier les attentes des praticiens et déterminer leurs besoins dans ce domaine.

    Afin d'étudier le positionnement des médecins généralistes face à cette problématique, nous nous sommes intéressés à la pratique de 170 médecins généralistes entre le 4 décembre 2012 et le 31 mai 2013.

    Nous avons mis en évidence que 86% des médecins non formés ont déjà prescrit des traitements homéopathiques. Parmi eux 59% déclarent ne pas posséder de connaissances particulières dans ce domaine et 80% ignorent les principes fondamentaux de prescriptions. Les motifs les plus courants de prescriptions sont la demande du patient et le renouvellement de traitement usuel.

    Le frein majeur à la prescription de médicaments homéopathiques est l'absence de preuve scientifique de leur efficacité. Cependant notre étude a permis de révéler que le deuxième facteur limitant, pour 26% des médecins, était le manque de formation et/ou d'informations. En outre malgré leurs réticences, 12% des praticiens interrogés seraient prêts à changer leur pratique s'ils bénéficiaient d'une formation.

    La majorité des médecins perçoivent tout de même l'homéopathie comme une thérapeutique complémentaire ou alternative intéressante, compte tenu de l'absence d'effets secondaires et d'interactions médicamenteuses, et face à une médecine allopathique parfois limitée voire invasive.

    La perspective d'une formation élémentaire dans ce domaine, intégrée au cursus des études médicales, parait pertinente pour 62% des médecins interrogés. Ils souhaiteraient en effet se construire un avis impartial sur l'homéopathie, être en mesure d'informer les patients et acquérir une compétence spécifique. Par conséquent il parait judicieux de s'interroger sur la mise en place d'un enseignement obligatoire de l'homéopathie au cours des études médicales.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales