Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Martial Ingreed

Martial Ingreed

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Martial Ingreed"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • «Chlordécone» : le douloureux réveil : l’évaluation et la prévention de l’impact sanitaire et environnemental de ce pesticide en Martinique    - Martial Ingreed  -  03 décembre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le chlordécone est un insecticide organochloré très toxique.

    Sa molécule extrêmement stable et persistante dans l’environnement entraîne ainsi une pollution des sols, des rivières et de l’atmosphère pour plusieurs siècles ainsi que des productions issues de ces milieux. Or, le chlordécone a été utilisé massivement en agriculture aux Antilles Françaises entre 1972 et 1993, principalement pour lutter contre un parasite : le charançon du bananier. La culture de la banane étant un enjeu économique et financier majeur pour ces départements d’outre-mer.

    En octobre 2002 suite à la publication d’un article du journal « Libération » intitulé "Patates douces et toxiques durs" la problématique « chlordécone » s’est révélée.

    En effet, malgré l’arrêt de son utilisation depuis plus de 10 ans, il est toujours présent à des taux élevés sur l’île de la Martinique.

    Des personnalités politiques et médicales ainsi que des associations antillaises telles que l’ASSAUPAMAR et Martinique Ecologie ont alors tiré la sonnette d’alarme afin d’alerter les pouvoirs publics et aussi informer et sensibiliser la population sur la gravité des conséquences de l’utilisation de ce pesticide.

    L’Etat s’est alors mobilisé en mettant en place des mesures qui se sont révélées insuffisantes face à l’ampleur des dégâts.

    A ce jour, la population n’a toujours pas intégré le problème de la pollution massive par les pesticides. Elle n’a pas développé de vigilance alimentaire et les planteurs globalement n’ont pas changé leur comportement agricole.

    Ainsi, l’impact sur la santé des populations qui consomment les produits contaminés et le coût pour la collectivité et la sécurité sociale ne seront pleinement mesurables qu’à un terme lointain.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales